Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'ONU se penchera sur la Syrie samedi à 18h00

Le Conseil de sécurité de l'ONU se prononcera finalement samedi sur la Syrie (archives)

KEYSTONE/AP/MARY ALTAFFER

(sda-ats)

Le vote du Conseil de sécurité de l'ONU sur un texte réclamant un cessez-le-feu humanitaire d'un mois en Syrie, initialement envisagé vendredi, se tiendra finalement samedi à 18h00 (heure suisse), ont indiqué des diplomates.

Un nouveau texte de résolution a été mis au point, dont on ignore pour l'heure la teneur. Et lorsqu'un texte est finalisé, la pratique aux Nations unies est d'attendre au moins le lendemain pour pouvoir organiser un vote à son sujet. Les discussions sur un cessez-le-feu durent depuis le 9 février avec l'objectif d'éviter un veto de la Russie, premier soutien du régime syrien.

L'Union européenne a appelé vendredi à la fin du "massacre" dans le fief rebelle de la Ghouta orientale. "L'UE est à court de mots pour décrire l'horreur que vivent les habitants de la Ghouta orientale (...). Le massacre doit cesser maintenant", a affirmé la représentante de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, en marge d'un sommet informel de l'UE à Bruxelles.

"Un accès humanitaire inconditionnel et la protection des populations civiles est un devoir moral et une urgence", a-t-elle ajouté.

La Turquie, qui attaque elle-même la zone kurde d'Afrine au nord de la Syrie, a également condamné les frappes de Damas dans la Ghouta orientale, demandant à Moscou et Téhéran de faire pression sur le régime du président Bachar al-Assad.

Plus de 400 civils tués

Depuis dimanche, au moins 436 civils, dont 99 enfants, ont péri selon une ONG dans les attaques aériennes et les tirs d'artillerie intensifs et incessants menés par l'armée syrienne contre cette vaste région près de Damas, devenue un "enfer sur Terre" selon les termes du patron de l'ONU Antonio Guterres.

Cette campagne aérienne est d'une rare intensité, même pour un pays ravagé depuis 2011 par une guerre qui a déjà fait plus de 340'000 morts. Elle prélude à une offensive terrestre de l'armée pour reprendre la Ghouta orientale, selon un média proche du pouvoir et l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.