Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après cinq saisons hors les murs, l'Opéra de Lausanne va réintégrer son bâtiment en octobre au terme d'une rénovation lourde. Le programme de la saison de réouverture présenté vendredi s'annonce copieux avec six opéras, un opéra jeune public, quatre ballets et neuf concerts.

Le contrat d'Eric Vigié, directeur de l'Opéra de Lausanne depuis 2005, arrivait à échéance à la fin de la saison 2012-13. Il a été prolongé jusqu'en 2017, a annoncé Grégoire Junod. Le municipal lausannois en charge de la culture a rendu hommage au directeur d'avoir "porté la flamme durant ces cinq années". Cette période aurait pu plomber l'Opéra, elle a au contraire renforcé son succès.

La rénovation se terminera dans les temps et dans le budget prévu (31 millions de francs), s'est félicité M. Vigié. Les travaux n'ont que peu touché la salle qui compte environ 900 places. Ils ont surtout doté la scène d'une cage nettement plus vaste, qui permet d'accueillir les décors des productions européennes. A cela s'ajoutent un salle de répétition et de nouvelles loges.

En plus d'une riche programmation 2012-2013, l'institution organise comme l'an passé une tournée estivale à travers le canton. De mi-juin à fin juillet, vingt représentations de deux opérettes-bouffes de Jacques Offenbach seront jouées dans quinze lieux, pour la plupart historiques.

Soutien cantonal

L'Opéra de Lausanne recevra davantage d'argent du Canton de Vaud. La décision de principe, annoncée vendredi par Anne-Catherine Lyon, est prise, mais le montant de la rallonge est encore inconnu. La subvention actuelle est de 1,46 million de francs par an.

Cette augmentation souligne l'importance de l'Opéra de Lausanne pour tout le canton. Le montant exact sera connu en septembre, à l'issue de la construction du budget cantonal, a précisé à l'ats la ministre de la culture.

Le budget total de l'Opéra atteint 12 millions de francs par an. Il dépend de nombreux mécènes et sponsors comme la Fondation Leenaards, la Fondation Sandoz ou la Loterie Romande, ainsi qu'une centaine de mécènes privés.

ATS