Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'opposant russe Alexeï Navalny (au centre) avait pour la dernière fois été brièvement interpellé le 28 janvier, lors d'une manifestation qu'il avait organisée à travers le pays pour dénoncer la "supercherie" de la présidentielle russe (archives).

KEYSTONE/AP/EVGENY FELDMAN

(sda-ats)

L'opposant numéro un au Kremlin, Alexeï Navalny, a annoncé jeudi avoir été brièvement interpellé par la police à Moscou, à moins d'un mois de l'élection présidentielle pour laquelle il appelle au boycott. Il a été remis en liberté moins d'une heure plus tard.

"J'avais mal aux dents, je suis allé chez le dentiste. Je suis sorti de chez le dentiste: bonjour, deuxième brigade de police, vous êtes interpellé", a-t-il écrit sur Twitter. "Ils m'emmènent quelque part", a déclaré le blogueur et militant anti-corruption sur Twitter avant d'annoncer sa remise en liberté dans un second message sur le réseau social.

"Ils m'ont proposé de me déposer quelque part. J'ai refusé et je suis allé au travail. Je ne comprends pas ce qui s'est passé et pourquoi sept personnes m'ont arrêté", a-t-il écrit.

L'opposant, emmené à un poste de police, a indiqué s'être vu remettre un acte d'accusation pour "violation répétée" de la loi sur l'organisation des manifestations. Cette infraction est passible de trente jours de détention.

"Stratégie fourbe"

Alexeï Navalny avait pour la dernière fois été brièvement interpellé le 28 janvier, lors d'une manifestation qu'il avait organisée à travers le pays pour dénoncer la "supercherie" de la présidentielle, à l'issue de laquelle Vladimir Poutine devrait sans surprise remporter un quatrième mandat.

Il avait été libéré le jour-même, une "stratégie fourbe" afin de le condamner à une date plus proche du scrutin, selon l'opposant. "Si on me place en détention le 28 janvier, je serai en liberté le 28 février. Et Poutine souhaite que je sois isolé juste avant les élections et si possible, pendant les élections", avait-il écrit.

Il avait ensuite été entendu par la police, accusé d'avoir utilisé la violence contre des membres des forces de l'ordre durant ses quelques heures de détention, ce qu'il a démenti.

Déclaré inéligible en raison d'une condamnation judiciaire qu'il estime orchestrée par le Kremlin, l'opposant a appelé ses partisans à boycotter et à surveiller l'élection présidentielle du 18 mars.

Bras droit également arrêté

Jeudi, Alexeï Navalny a également annoncé sur Twitter que son bras droit avait également été interpellé à l'aéroport Cheremetievo de Moscou. Léonid Volkov "devait s'envoler pour la Bachkirie, l'une des régions les plus importantes en ce qui concerne l'organisation de la surveillance de l'élection", a-t-il déclaré.

Un proche d'Alexeï Navalny, Roman Roubanov, a été condamné mercredi par la justice russe à dix jours de détention pour avoir participé à l'organisation de la manifestation du 28 janvier.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS