Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les opposants vénézuéliens Leopoldo Lopez et Antonio Ledezma ont été arrêtés mardi dernier et transférés dans une prison militaire (archives).

KEYSTONE/EPA EFE/NATHALIE SAYAGO

(sda-ats)

Les autorités vénézuéliennes ont libéré de prison samedi soir le chef de file de l'opposition Leopoldo Lopez. Elles l'ont reconduit à son domicile, où il est désormais assigné à résidence, a annoncé dans la foulée son épouse.

"Ils viennent de transférer Leopoldo à la maison", a-t-elle écrit sur Twitter. Leopoldo Lopez avait été appréhendé chez lui mardi dernier et transféré dans une prison militaire. Un autre opposant, Antonio Ledezma, avait subi le même sort.

Une dizaine de voitures avec des agents encagoulés du service vénézuélien de renseignement, le Sebin, se trouvaient devant le domicile des Lopez dans un quartier de l'est de la capitale, a constaté un photographe de l'AFP.

Leopoldo Lopez, 46 ans, et le maire de Caracas Antonio Ledezma, 62 ans, avaient été conduits mardi à l'aube à la prison militaire de Ramos Verde, dans les faubourgs de Caracas, en application d'une décision du Tribunal suprême de justice (TSJ, Cour suprême). Le TSJ avait révoqué leur placement en résidence surveillée en les accusant d'avoir projeté de s'enfuir.

M. Ledezma a pour sa part été reconduit à son domicile vendredi à l'aube.

Contre la constituante

Tous deux avaient lancé des appels contre l'élection de l'Assemblée constituante voulue par le président Nicolas Maduro. Cette assemblée a tenu sa séance inaugurale vendredi sur fond de rejet de l'opposition, d'accusations de fraude électorale et de condamnations internationales.

L'incarcération de MM. Lopez et Ledezma avait elle aussi suscité de nombreuses réactions de réprobation à l'étranger. Le président américain Donald Trump avait fustigé "les actions de la dictature de Maduro", déclarant qu'il tenait le président vénézuélien pour "personnellement responsable" de la sécurité des deux hommes.

M. Lopez avait été initialement placé en résidence surveillée le 8 juillet après avoir passé trois ans et cinq mois à la prison de Ramos Verde. Il y purgeait une peine de près de 14 ans à laquelle il avait été condamné sous l'accusation d'avoir incité à la violence lors d'une vague de manifestations contre M. Maduro qui avait fait 43 morts.

M. Ledezma, pour sa part, avait été arrêté et incarcéré en février 2015 et accusé de conspiration contre le président Maduro. Il avait été placé en résidence surveillée à son domicile deux mois plus tard pour raisons de santé.

ATS