Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les opposants du HCN emmenés par le président de leur délégation Nasser al-Hariri souhaitent discuter plus longuement à Genève.

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

L'opposition syrienne présente à Genève souhaite que la Constitution après la transition politique soit préparée par des Syriens. L'émissaire de l'ONU lui a proposé, ainsi qu'au régime de Damas, une équipe "consultative" pour démarrer ce processus.

"Nous avons des experts syriens" pour cette tâche, a indiqué mercredi à quelques journalistes le porte-parole du principal groupe d'opposants, le Haut Comité des négociations (HCN), Salim al-Muslet. Selon lui, la proposition de l'émissaire Staffan de Mistura "n'est pas claire".

Une équipe de membres de la société civile et des technocrates serait chargée immédiatement de se pencher sur un projet de Constitution "avec des options spécifiques". Les pourparlers de Genève doivent aborder quatre "paniers": un gouvernement de transition, une nouvelle Constitution, des élections contrôlées par l'ONU et la lutte contre le terrorisme.

Les rencontres entre M. de Mistura et la délégation gouvernementale, d'une part, et le HCN d'autre part, se sont multipliées mardi. Le HCN a, lui, mené de longues consultations avant d'apporter une réponse à l'émissaire. Par ailleurs, il lui a transmis un document sur la question des détenus, importante pour lui.

Présence russe à Genève

Le cadre plus ramassé de cette sixième série de pourparlers à Genève, sur quatre à cinq jours, ne satisfait pas le HCN. "Nous nous attendions à ce qu'elle dure plus longtemps", dit M. Al-Muslet. L'opposition veut des discussions continues à Genève et n'accorde aucune valeur au processus mené par la Russie, l'Iran et la Turquie à Astana, au Kazakhstan.

Symbole du poids russe désormais dans les discussions sur la Syrie, le vice-ministre des Affaires étrangères Guennadi Gatilov est à nouveau à Genève. Il a rencontré mercredi dans la matinée M. de Mistura et devait se réunir plus tard avec le HCN. L'émissaire de l'ONU a lui par ailleurs aussi discuté avec le représentant américain au groupe de travail sur la trêve Henry Ensher.

Au total, 13,5 millions de personnes ont besoin d'assistance en Syrie et cinq millions sont réfugiées dans les pays voisins. En six ans, le conflit a fait plus de 320'000 victimes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS