Navigation

L'or bien parti pour poursuivre sa tendance haussière en 2021

Sur un an, le prix de l'or a bondi de 21,4%, atteignant un plus haut historique à 2076 dollars l'once en août 2020, porté par les craintes liées à la pandémie de coronavirus (archives). KEYSTONE/EPA/YONHAP sda-ats
Ce contenu a été publié le 04 janvier 2021 - 12:50
(Keystone-ATS)

Valeur refuge par excellence, l'once d'or prenait 1,7% à 1930,40 dollars lundi peu après midi. Si 2020 a été un bon cru pour le métal jaune, il reste à savoir si cette évolution va se poursuivre et quels en seraient les moteurs.

Sur un an, le prix de l'or a bondi de 21,4%, atteignant un plus haut historique à 2076 dollars l'once en août 2020, porté par les craintes liées à la pandémie de coronavirus.

La faiblesse du billet vert a joué un rôle majeur dans cette envolée, note David Madden, analyste de marché chez CMC Markets. Mais fin novembre le métal jaune a dévissé à son plus bas niveau en cinq mois. Si depuis, il s'est quelque peu redressé, il a cependant du mal à dépasser le seuil des 1900 dollars - en raison de la hausse des actions, notamment américaines.

De son côté, l'expert d'Activtrades, Carlo Alberto De Casa, estime que les banques centrales maintiendront en principe leurs politiques monétaires ultra-expansives. Des taux d'intérêt extrêmement bas soutiendront l'appétit pour les actions, les investisseurs recherchant des rendements plus élevés. Mais cela pourrait entraîner un certain déséquilibre et exacerber les rallyes sur certaines actions. Difficile pour l'heure de le savoir exactement et même quand vraiment cela prendra fin.

Suite aux chutes du PIB dans la plupart des pays l'année dernière, il faut s'attendre à une forte reprise en 2021. La majorité des données macroéconomiques signale en effet une reprise au cours du second semestre et la plupart des analystes prévoit que cette tendance se poursuive.

Un autre élément positif consiste en la probabilité d'une désescalade des tensions commerciales. L'élection de Joe Biden comme prochain président des Etats-Unis améliore les chances d'une relation plus harmonieuse entre l'Amérique, la Chine et l'UE. Enfin, après près de cinq ans de débats et de négociations âpres, la Grande-Bretagne et l'UE sont parvenues à un accord. Un partenariat post-Brexit relativement amical et constructif entre les deux blocs sera certainement bénéfique pour les deux parties et permettra de renforcer l'optimisme sur les marchés financiers.

L'ensemble de ces facteurs conjugué à de potentiels stimuli fiscaux s'avéreront cruciaux pour le marché de l'or en 2021.

Partager cet article