Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'organisation paralysée par le gel du financement américain

L'UNESCO n'a jamais été dans une "situation financière aussi mauvaise". Cela, en raison du gel par les Etats-Unis de leur contribution, a affirmé jeudi la directrice générale de l'agence de l'ONU pour l'éducation, la science et la culture.

Les Etats-Unis ont suspendu leurs versements, qui représentaient 22% du budget de l'UNESCO, en octobre 2011. Ils entendaient protester contre la décision adoptée à la majorité des membres de cette organisation basée à Paris d'accorder aux Palestiniens un statut d'Etat membre de plein droit.

L'UNESCO a ainsi commencé l'année avec un trou de 150 millions de dollars (140 millions de francs) dans son budget de 653 millions de dollars pour l'exercice 2012-2013, a expliqué Irina Bokova.

"Paralysie"

"Nous sommes confrontés à des circonstances très difficiles. Nous tentons de lever des fonds cette année mais ce n'est pas tenable à long terme. Nous ne fermons pas l'UNESCO mais les Etats membres vont devoir repenser l'avenir. L'UNESCO va être paralysée", a-t-elle alerté.

Parmi les projets affectés par la décision américaine figure notamment un programme d'éducation sur l'Holocauste, qui s'inscrit dans le cadre plus global de campagnes de sensibilisation sur les droits de l'homme et les génocides.

Pour Irina Bokova, il est dans l'intérêt des Américains de rester actifs à l'UNESCO. Elle a formulé l'espoir que Washington reviendrait sur sa décision avant d'être privé de ses droits de vote en 2013 pour non versement de sa contribution.

"Il y a de l'argent dans le monde mais ce n'est pas qu'une question d'argent", a-t-elle insisté. "Nous avons besoin des Etats-Unis pour élaborer des politiques communes et débattre de valeurs communes", a expliqué la directrice générale.

L'arrêt de la contribution américaine a contraint l'UNESCO à geler 336 embauches, soit environ 15% de ses effectifs totaux, à annuler des projets et à réduire ses dépenses. Pour compenser cette perte, l'UNESCO a mis en place un fonds spécial, qu'ont déjà alimenté l'Arabie saoudite, le Qatar, la Turquie, l'Indonésie ou l'Algérie.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.