Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pour l'OSAR qui passe le cap des 80 ans, l'heure est à l'intégration des réfugiés en Suisse (image symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

L'Organisation suisse d'aide (OSAR) aux réfugiés fête ses 80 ans. Elle a été fondée en 1936 en Suisse pour venir en aide aux victimes du régime nazi.

En 2016, sa mission reste aussi vitale qu'au moment de sa création en 1936. Les personnes fuyant les conflits n'ont jamais été aussi nombreuses sur les routes, souligne l'organisation dans un communiqué jeudi. Elle rappelle aussi que l'asile a connu onze révisions de sa législation ces dernières décennies au détriment des requérants.

Le vote du 5 juin 2016 marque toutefois un tournant, selon elle. La population a voté en faveur d'une aide juridique gratuite et des procédures rapides pour les requérants d'asile. Pour l'OSAR, l'objectif est désormais d'investir dans l'intégration.

Treize organisations

Le 17 juin 1936, à Olten (SO), treize organisations suisses d'entraide de différents horizons religieux, politiques et sociaux ont fondé "l'Office central suisse d'aide aux réfugiés". Les membres fondateurs étaient l'Association suisse des oeuvres juives de secours (VSIA, aujourd'hui VSJF), l'actuelle Oeuvre suisse d'entraide ouvrière (OSEO) et l'association catholique Caritas.

Puis l'Entraide Protestante Suisse (EPER), l'Armée du Salut Suisse et Amnesty International Suisse sont venus rejoindre ses rangs. Une secrétaire à temps partiel s'occupait du secrétariat central à Bâle. Ce dernier s'est transformé entretemps en une organisation non gouvernementale (ONG), dont le siège à Berne emploie une quarantaine de personnes.

En 1991, elle a changé de nom pour s'appeler l'Organisation suisse d'aide aux réfugiés. Elle est dirigée depuis le 1er mars 2016 par Miriam Behrens.

ATS