Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les ministres des Affaires étrangères de l'OSCE s'entretenaient mardi à Mauerbach lors d'une réunion informelle. Ils abordaient la question de la construction de la confiance à travers le dialogue et la coopération.

KEYSTONE/APA/APA/GEORG HOCHMUTH

(sda-ats)

"La Suisse considère l'OSCE comme la meilleure chance pour la sécurité en Europe", a affirmé mardi le conseiller fédéral Didier Burkhalter. Il a participé à une réunion ministérielle des ministres de l'OSCE à Mauerbach près de Vienne.

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a montré son grand potentiel. En tant que plate-forme de dialogue et d'action commune, l'OSCE a aidé à la désescalade de la crise en Ukraine, a souligné le ministre des Affaires étrangères.

Et pourtant, l'organisation encoure un risque de paralysie à cause de division au sein des Etats participants. La Suisse a donc enjoint les membres de l'OSCE à renforcer l'esprit de compromis qui en fait une organisation forte et reconnue, a poursuivi M. Burkhalter.

Dialogue sur la sécurité

Le dialogue sur la sécurité, lancé en 2016 à Hambourg, a permis de mieux cerner et de mieux comprendre les risques et les menaces en Europe, a estimé M. Burkhlater. Nombreux sont ceux qui ont appuyé la nécessité de les réduire lors des premières discussions.

Didier Burkhalter a appelé à la poursuite de ce dialogue au plus haut niveau. Il doit être préservé sur le long terme car surmonter la crise et reconstruire la confiance prendra du temps.

Différence sur le terrain

Résoudre la crise ukrainienne doit rester une priorité pour l'OSCE, selon le chef du Département fédéral des Affaires étrangères. Il a ainsi exhorté les membres de l'organisation à soutenir la mission spéciale d'observation (SSM) avec les ressources nécessaires. Cette mission est devenue le "symbole de la capacité de l'organisation à faire la différence sur le terrain".

La Suisse incite aussi les belligérants à retirer leurs armes lourdes. Cela réduirait le nombre de victimes et contribuerait à protéger la vie des civils.

ATS