Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Didier Burkhalter a retrouvé ses homologues allemand et serbe Frank-Walter Steinmeier et Ivica Dacic samedi à Magdebourg. La troïka de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) voudrait renforcer la capacité d'action de l'organisation.

Les trois ministres des Affaires étrangères ont évoqué la situation en Ukraine et la préparation de la conférence du Conseil ministériel de l'OSCE prévu en décembre à Belgrade. Tous trois ont ensuite reçu le Kaiser-Otto-Preis (prix de l’empereur Otton) attribué par la ville de Magdebourg à l’OSCE pour son engagement en faveur de la sécurité en Europe.

Après la réunion de la troïka, Didier Burkhalter a notamment souligné que les organisations humanitaires internationales ont besoin de davantage de soutien afin de pouvoir venir en aide aux réfugiés.

"La situation humanitaire est absolument catastrophique. Les grandes organisations sont sous-financées, a déclaré le conseiller fédéral. La Suisse va débloquer 70 millions de francs supplémentaires pour l'aide humanitaire, a-t-il rappelé, avant de préconiser que d'autres pays livrent aussi un soutien financier complémentaire. Un appel relayé aussi avec ses deux homologues.

Accord négocié

Cité dans un communiqué du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), il a souligné que la mise en oeuvre des accords de Minsk 2 en Ukraine reste difficile. Les volets concernent le respect du cessez-le-feu, le contrôle d'une telle mesure par l'OSCE et le retrait des armes lourdes.

Le conseiller fédéral a fait part d'un moment favorable pour le processus de paix après des avancées du Groupe de contact trilatéral constitué de l'Ukraine, de la Russie et l'OSCE.

Son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier a aussi évoqué la situation en Ukraine et salué le travail de l'OSCE. Il a signalé que des progrès ont été accomplis dans la crise dans l'est du pays.

"Nous avons négocié un accord sur le retrait des armes lourdes et légères, lequel n'a pas encore été signé. (...) L'objectif est que la signature intervienne d'ici le 22 septembre", a-t-il déclaré samedi.

Situation apaisée

"Pour la première fois depuis de nombreux mois, nous avons un cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine, qui a apaisé la situation de façon significative. (...) Reste à savoir comment cela va évoluer", a-t-il affirmé.

La mise en œuvre des élections locales reste l'objet d'incertitudes. En vertu des accords de paix de Minsk 2, conclus en février, des élections doivent avoir lieu dans la zone de conflit avant fin 2015 en conformité avec la loi ukrainienne et les normes internationales.

ATS