Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'OTAN a suspendu temporairement ses opérations conjointes avec les forces afghanes après avoir vu 51 de ses soldats se faire tuer depuis le début de l'année par des policiers ou soldats locaux. Ces membres des forces de sécurité afghanes sont censés assurer la sécurité du pays à sa place après 2014.

Cette décision est un revers pour la force de l'OTAN en Afghanistan (ISAF), d'autant plus embarrassant qu'elle a fait de la formation des forces locales l'un des axes principaux de sa stratégie de sortie d'un conflit qui a pris des allures de bourbier, onze ans après son arrivée dans le pays.

Elle a été annoncée après un week-end noir pour la coalition, qui a perdu six de ses soldats (deux Britanniques et quatre Américains) tombés sous les balles d'hommes portant l'uniforme afghan, alors que les manifestations se multiplient dans le monde musulman contre la diffusion d'un film américain à petit budget dénigrant le prophète Mahomet.

Au moins une cinquantaine de membres de l'ISAF ont été tués cette année en Afghanistan par des soldats locaux. Ce type d'incidents est en augmentation de 40 % par rapport à toute l'année 2011.

Ordre valable pour les petites unités

L'ordre de suspension a été donné par le numéro deux du commandement américain en Afghanistan, le général James Terry, et concerne toutes les missions de première ligne impliquant des unités de moins de 800 hommes.

Désormais, les patrouilles ou séances de formation communes entre les soldats de l'ISAF et les forces afghanes ne seront plus conduites automatiquement qu'à partir d'un certain niveau d'effectifs (bataillon pour l'armée, forces de district pour la police), a annoncé l'ISAF.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS