Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le secrétaire général de l'UDC Martin Baltisser et sa suppléante Silvia Bär doivent répondre devant la justice de discrimination raciale. Ils sont visés par une plainte pour une annonce qui disait "Les Kosovars éventrent les Suisses!" lors de la campagne sur l'initiative contre l'immigration de masse.

Selon l'acte d'accusation obtenu par l'ats, le Ministère public de Berne-Mittelland requiert à leur encontre des peines pécuniaires avec sursis. En raison de cette publication, les deux cadres de l'UDC sont notamment accusés de discrimination raciale répétée et intentionnelle.

La plainte vise ces deux cadres, car ils ont apporté une contribution très importante à la diffusion de cette annonce, en collaboration avec le président du parti Toni Brunner.

Ce dernier ne devra pas s'asseoir à leurs côtés sur le banc des accusés, même si la procédure pénale avait initialement été dirigée contre lui. En 2013, le Parlement a refusé de lever l'immunité parlementaire du conseiller national st-gallois.

Agression au couteau

L'annonce controversée a été publiée dans le cadre de la campagne de l'initiative de l'UDC contre l'immigration de masse. Elle renvoyait à l'agression au couteau subie par un lutteur, candidat sur les listes UDC au Grand Conseil bernois, grièvement blessé par un Kosovar.

Cette annonce figurait jusqu'à fin 2013 sur le site Internet de l'UDC Suisse ainsi que sur certaines initiatives contre l'immigration de masse.

Cette initiative devrait être déclarée illégale, estiment deux citoyens zurichois qui ont déposé jeudi une plainte au Tribunal fédéral. Ils visent la même annonce "Les Kosovars éventrent les Suisses!" qui selon eux viole la norme antiraciste et a pu influencer de manière décisive le résultat de la votation.

Le 9 février dernier, l'initiative de l'UDC n'avait été acceptée en votation que par 50,3% des citoyens. Or, selon les plaignants, la campagne a été influencée par cette annonce à caractère raciste qui a manipulé l'opinion des citoyens.

Réaction de M. Baltisser

Martin Baltisser n'est pas inquiet par cette plainte. Il faut se poser la question de savoir s'il est encore possible en Suisse d'exposer un fait, a-t-il indiqué vendredi à l'ats. Concernant l'autre plainte, qui remet en cause la légalité du texte de l'UDC, il l'a qualifiée "d'absurde".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS