Toute l'actu en bref

Le candidat au Conseil d'Etat vaudois du PLR Pascal Broulis, gauche, avec le candidat et conseiller national de l'UDC Jacques Nicolet, droite.

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Jacques Nicolet, candidat UDC au Conseil d'Etat vaudois, est "satisfait" de son score. Il se dit prêt à débattre de tous les thèmes en vue du second tour, qu'il s'agisse de social ou de fiscalité par exemple.

"Le sondage me donnait 34%, je suis à 40%, c'est une vraie satisfaction, et je suis reconnaissant envers la population vaudoise", a déclaré dimanche Jacques Nicolet, interrogé par l'ats.

Victoire possible

La victoire au second tour est "à portée de la main", a-t-il poursuivi en appelant à l'unité de la droite vaudoise. Le candidat UDC était jusqu'à présent loin de faire l'unanimité chez les libéraux-radicaux.

A titre personnel, Jacques Nicolet se refuse à changer de ligne vis-à-vis des Vert's libéraux, que l'UDC n'a pas voulu voir figurer sur une liste commune. Il a précisé que son parti déciderait d'ici lundi de la suite.

Du tonus pour la suite

Si la campagne pour le premier tour a été qualifiée de "fade", c'est surtout à cause des questions qui étaient posées, a relevé le candidat UDC. Il s'est dit prêt à discuter de manière "plus musclée" dès lundi, sur des sujets comme le social, le scolaire ou la fiscalité.

"Le peuple vaudois a compris qu'on devait trouver des solutions dans l'intérêt général", a déclaré Pascal Broulis, qui estime que la campagne "a bien marché" et que "l'alliance PLR-UDC a fonctionné".

Un pragmatique

Jacques Nicolet a fait un meilleur score que certains le prédisaient, a-t-il ajouté. "C'est quelqu'un de pragmatique. Il est très proche de Jean-Claude Mermoud dans sa philosophie", a-t-il assuré.

ATS

 Toute l'actu en bref