Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A Genève, l'UDC ne veut plus d'un procureur général libéral-radical. Le parti lance l'avocat Pierre Schifferli à la succession de Daniel Zappelli. Une manoeuvre qui sonne comme la fin de l'accord passé avec les partis de l'Entente (PLR-PDC).

L'UDC avait appuyé le ticket PLR-PDC au Conseil des Etats en échange du soutien de l'Entente à la candidature UDC à l'élection complémentaire de la Cour des comptes. Ce genre d'accord n'est plus de mise. "L'UDC n'entend pas rééditer l'opération au profit d'un allié aussi peu fiable", a indiqué mardi dans un communiqué Yves Nidegger, membre de la commission judiciaire.

Et de critiquer le fait que le PLR a "cassé" son procureur général à mi-mandat, "sans consulter personne". Or l'UDC estime que Daniel Zappelli avait été élu grâce à ses "efforts décisifs".

Les partis ont jusqu'au 23 novembre pour déposer les candidatures au poste de procureur général. Pour l'heure, l'avocat et député Olivier Jornot et le juge Louis Peila, tous deux PLR, le juge PDC Christian Coquoz ainsi que l'avocat et constituant UDC Pierre Schifferli ont manifesté leur intérêt. Le successeur de Daniel Zappelli sera désigné le 1er décembre par le Grand Conseil.

ATS