Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Si la conseillère fédérale PBD Eveline Widmer-Schlumpf devait être réélue avec des voix du groupe PLR mercredi prochain, l'UDC se réserve d'attaquer le siège du PLR au gouvernement. Le conseiller national UDC Peter Spuhler se montre encore plus clair que le président de l'UDC toni Brunner.

"Si Mme Widmer-Schlumpf est réélue à l'aide du PLR, nous nous trouverons dans une nouvelle situation", a déclaré Pour Peter Spuhler dans la "SonntagsZeitung", l'hebdomadaire dominical alémanique. Dans cette éventualité, "nous devrions attaquer le PLR". Si ce parti soutient la réélection de la bourgeoise-démocrate Eveline Widmer-Schlumpf, le PLR agirait clairement contre la concordance.

Discuter avec le PLR

Le candidat UDC au Conseil fédéral Hansjörg Walter exclut, certes, une candidature d'opposition au PLR. S'il devait être élu mercredi par l'Assemblée fédérale à la place d'un conseiller fédéral PLR, "nous devrions demander une suspension de séance et discuter avec le PLR", a-t-il indiqué dans un entretien aux hebdomadaires dominicaux "SonntagsBlick" et "Sonntag".

"Vraisemblablement nous devrions tomber d'accord", considère M. Walter. Ce scénario devrait être interprété "comme le choix du Parlement d'avoir une nouvelle concordance. Et nous devrons respecter cette volonté. Dans ce cas, l'actuel conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann ne serait pas réélu. Que j'accepte ou non mon éventuelle élection."

Hansjörg Walter a précisé au "SonntagsBlick" qu'il a négocié avec le groupe parlementaire qu'il décidera lui-même "si et quand il se retirera de la course au Conseil fédéral".

ATS