Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Olten SO - Les délégués de l'Union Démocratique Fédérale (UDF) ont adopté leurs mots d'ordre en vue des votations du 28 novembre. Ils recommandent d'accepter l'initiative pour le renvoi des étrangers criminels, mais de refuser le contre-projet. Ils rejettent aussi l'initiative pour des impôts équitables.
Réunis samedi en assemblée à Olten (SO), les délégués ont décidé par 47 voix contre 5 et 3 abstentions d'accepter l'initiative populaire pour le renvoi des étrangers criminels, écrit l'UDF dans un communiqué. Ils ont rejeté tout aussi nettement le contre-projet.
Pour la majorité des délégués, l'initiative permettra de dissuader bon nombre d'étrangers de commettre des actes délictuels. Une minorité romande de délégués soutenait toutefois le contre-projet. Elle estimait que l'automatisme des renvois n'est pas compatible avec l'accord sur la libre circulation des personnes et que l'initiative pose des problèmes éthiques fondamentaux.
Fiscalité: une prérogative des cantonsPour l'autre objet soumis au peuple le 28 novembre, les délégués ont décidé par 32 voix contre 16 et 7 absentions de dire non à l'initiative populaire pour des impôts équitables. L'UDF est consciente que la sous-enchère pratiquée par certains cantons et communes profite aux plus riches contribuables.
L'initiative pose néanmoins plus de problèmes qu'elle n'en résout, estime le parti. La question de la fiscalité doit rester clairement une prérogative des cantons.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS