Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Européens sont parvenus vendredi à Bruxelles à un accord pour renforcer nettement la discipline budgétaire de la zone euro face à la crise de la dette. Tous les pays de l'Union européenne, à l'exception du Royaume-Uni qui se retrouve isolé, soutiennent le nouveau pacte.

Après plus de neuf heures d'intenses négociations, les chefs d'Etat et de gouvernement n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur un changement du traité de toute l'UE pour réformer la zone euro. A l'origine de cet épilogue, les exigences du Royaume-Uni en échange de son feu vert, qui ont créé des tensions.

Le Premier ministre britannique conservateur David Cameron a menacé d'opposer son veto et réclamé que la City de Londres puisse être soustraite si nécessaire à la surveillance européenne du secteur financier.

"Inacceptables"

"Nous aurions préféré un accord à 27, cela n'a pas été possible compte tenu de la position de nos amis britanniques" qui ont présenté des demandes "inacceptables", a déploré le président français Nicolas Sarkozy. Les Britanniques "n'étaient déjà pas dans l'euro, et donc nous avons l'habitude de cette situation", a commenté la chancelière allemande Angela Merkel.

Le nouveau pacte d'union de stabilité budgétaire pourrait être signé en mars et prendra la forme d'un accord intergouvernemental. Le renforcement de la discipline budgétaire de la zone euro était jugé capital par l'Allemagne face à la crise de la dette.

Sanctions automatiques

Outre des sanctions presque automatiques en cas de dérapage des finances publiques et des "règles d'or" imposant le retour à un quasi-équilibre budgétaire, il est prévu un droit d'intrusion européen accru dans la préparation des budgets nationaux. Des pays bénéficiant d'une aide extérieure, comme la Grèce ou l'Irlande aujourd'hui, pourront être placés sous tutelle européenne.

La Croatie a signé vendredi un traité qui lui permettra de devenir en juillet 2013 le 28e Etat de l'UE. La Serbie va elle devoir prendre son mal en patience jusqu'en 2012, malgré l'arrestation de Ratko Mladic, pour obtenir le statut de "candidat".

ATS