Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le chef de l'UIT Houlin Zhao dirigera toujours l'organisation depuis Genève (archives).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Malgré l'intérêt d'autres pays, l'Union internationale des télécommunications (UIT) reste à Genève. Son organe directeur a validé le remplacement du siège par un nouveau bâtiment. La participation suisse reste à établir.

Ce site devrait être prêt d'ici 2023, selon le vice-secrétaire général de l'UIT Malcolm Johnson. Le Conseil de l'organisation s'est réuni du 25 mai à jeudi. Plus de 350 délégués de 47 pays membres, dont des ministres, ont participé à la rencontre.

S'ils ont décidé de maintenir l'UIT à Genève, ils ne se sont pas encore prononcés sur l'étendue des travaux. Les coûts ne sont pas encore connus. "Toutes les options sont examinées", a indiqué vendredi à l'ats le porte-parole de l'UIT Sanjay Acharya. Une étude sera préparée pour le prochain Conseil de l'organisation en 2017.

Le siège historique doit être remplacé. Mais l'UIT dispose de deux autres bâtiments, une tour et un récent ajout près de la Place des Nations. La tour pourrait être rénovée ou louée.

Inde ou encore Emirats arabes unis

La participation suisse au financement dépendra des travaux qui seront menés. Dans son message sur l'attribution à la Fondation des immeubles pour les organisations internationales (FIPOI) de prêts pour des rénovations des sièges d'autres institutions à Genève, le Conseil fédéral mentionne le cas de l'UIT.

Il donne pour elle une estimation d'environ 150 millions de francs, tout en précisant que le montant doit dépendre du scénario retenu par l'organisation. Si les détails qui figurent dans ce document provisoire se confirment, le prêt suisse couvrirait l'ensemble du chantier. Environ deux tiers du montant seraient financés par la Confédération et un tiers par le Canton de Genève.

Le Conseil fédéral prévoit de présenter un message sur cette contribution aux travaux du siège de l'organisation en 2019. D'autres membres pourraient financer une partie du chantier, affirme M. Acharya. Avant la décision du Conseil de l'UIT, l'Inde et les Emirats arabes unis avaient manifesté leur intérêt pour le siège de l'institution qui totalise de 193 membres.

ATS