Toute l'actu en bref

L'UNESCO qualifie Israël de "puissance occupante" à Jérusalem. Cette décision crée un tollé en Israël. Ici, le Dôme du Rocher.

KEYSTONE/EPA/ANDRE PAIN

(sda-ats)

Le Conseil exécutif de l'Unesco a entériné vendredi en séance plénière une résolution sur le statut de Jérusalem présentant Israël comme "puissance occupante". Ce texte a déjà suscité le courroux de l'Etat hébreu.

Cette résolution, proposée par plusieurs pays arabes stipule notamment que "toutes les mesures (...) prises par Israël, une puissance occupante, qui ont altéré ou visent à altérer le statut de la Ville sainte de Jérusalem" seront "nulles et non avenues et doivent être annulées".

Elle dénonce notamment la loi d'annexion de Jérusalem-Est conquise en 1967 par Israël, a-t-on appris auprès de l'organisation. La résolution, adoptée par consensus, avait déja été votée mardi en commission avec 22 voix pour et 10 contre. Vingt-trois Etats membres s'étaient abstenus.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait fustigé un texte "absurde", niant selon lui le lien historique entre Jérusalem et les juifs. En mesure de rétorsion, Israël a annoncé mercredi qu'il réduirait de nouveau sa contribution à l'ONU à hauteur d'un million de dollars.

Une précédente épreuve de force entre Israël et l'Unesco avait eu lieu en octobre lorsque l'Etat hébreu, outré par le vote d'une résolution sur le patrimoine culturel palestinien à Jérusalem, avait rappelé son ambassadeur auprès de cette organisation.

Il s'agit du troisième vote à l'Unesco visant l'Etat israélien et sa souveraineté sur la ville de Jérusalem. Depuis, la contribution aux Nations Unies est tombée de 11 millions de dollars à 3,7 millions selon un responsable israélien.

ATS

 Toute l'actu en bref