Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Unesco a demandé lundi à l'Italie d'éloigner les grands paquebots de croisière des sites culturels et importants au plan écologique de la Péninsule, citant l'exemple de la lagune de Venise. Selon l'organisation, la cité des Doges reçoit la visite d'environ 300 paquebots par an.

Dans une lettre adressée au ministre italien de l'environnement, Corrado Clini, le directeur général adjoint de l'Unesco, Francesco Bandarin, écrit que "le tragique accident [du "Costa Concordia"] renforce les inquiétudes de longue date sur les risques que font courir les grands paquebots de croisière aux sites inscrits sur le Patrimoine mondial de l'Unesco, tout particulièrement la lagune de Venise et le bassin de Saint-Marc".

Dans cette missive, l'Organisation des Nations unies pour la culture, la science et la culture, invite instamment Rome à "agir promptement pour élaborer des solutions de rechange pour le trafic maritime autour du site de Venise".

"Le trafic des paquebots de croisière à Venise est tout particulièrement dommageable en raison de la structure fragile de la cité. Les navires provoquent des marées qui érodent les fondations des bâtiments. Ils contribuent à la pollution et ont un impact sur le paysage urbain en écrasant de leur taille les monuments du coeur de la cité", souligne l'Unesco.

ATS