Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les pays de l'Union européenne ont annoncé avoir adopté lundi un nouveau train de sanctions contre la Syrie en raison de la poursuite de la répression. Elles comprennent un gel des biens de la banque centrale syrienne en Europe et une interdiction du commerce de métaux précieux réalisé par le pays.

Par ailleurs, la nouvelle Constitution syrienne a été approuvée par 89,4% des votants, a affirmé le ministre de l'Intérieur. La nouvelle Loi suprême abolit la suprématie du parti Baas au pouvoir depuis un demi-siècle tout en maintenant de larges prérogatives pour le chef de l'Etat. L'opposition et les militants pro-démocratie, qui exigent le départ du président Bachar al-Assad, avaient appelé à boycotter ce scrutin, qualifié de "plaisanterie" par Washington.

L'option d'un embargo total sur les vols passagers en provenance de Syrie, un temps à l'étude, a été abandonnée pour le moment dans la mesure où il pourrait empêcher les ressortissants étrangers de quitter le pays, ont indiqué des diplomates.

En outre, sept nouvelles personnes vont être ajoutées à une liste de près de 150 personnes et organisations ou entreprises, dont les principaux membres du régime syrien, faisant l'objet d'interdictions de visa en Europe et de gels d'avoirs. Leurs noms seront publiés mardi.

ATS