Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'Union syndicale suisse critique l'attitude des patrons

Chaque automne, patrons et syndicats se retrouvent pour négocier les salaires. Cette année, les discussions ont été particulièrement difficiles, dénoncent les représentants des employés, qui ne sont pas satisfaits du résultat. Les organisations patronales disent, elles, faire preuve de réalisme.

"Le spectre des adaptations salariales pour l'année prochaine est, comme prévu, très large", souligne le directeur de l'Union patronale suisse (UPS) Thomas Daum. Cela s'explique par les situations très différentes qui prévalent selon les branches. Si certaines se portent bien, d'autres sont durement touchées par la crise de la dette et le franc fort.

Par ailleurs, M. Daum fait remarquer que les salaires bénéficient cette année d'une inflation négative. Il faut en tenir compte à la lecture des taux d'augmentation négociés avec les syndicats.

Cette explication ne convainc pas l'Union syndicale suisse (USS). Celle-ci espérait que les patrons accordent à leurs employés des augmentations de salaires plus franches, comprises entre 1,5 et 2,5%.

Les revendications des syndicats concernant le salaire minimum des employés dans le secteur du nettoyage ont en revanche été entièrement satisfaites, comme le montre un document de l'USS que l'ats s'est procuré.

De 0 à 2% d'augmentation

Les augmentations de salaire vont de 0 à 2%. Les entreprises du secteur de la construction soumises à la Convention nationale ont ainsi accordé 0,5% d'augmentation. Dans la grande distribution, Migros offre entre 0,5 et 1% de plus et Coop va jusqu'à 1,1%.

Dans le domaine de la pharma, Roche est plus généreux et accroît la masse salariale de 1,4%. Il y a un an, les augmentations salariales variaient encore plus fortement selon les branches et étaient comprises entre 0,3% et 2,5%, d'après des données du syndicat Travail.Suisse.

Les patrons justifient le gel des salaires que connaissent certains employés cette année en expliquant qu'ils ne peuvent se permettre aucune augmentation. Il serait faux de prétériter le futur en tenant coûte que coûte à des augmentations salariales, souligne M. Daum.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.