Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le peuple pourra probablement se prononcer sur l'introduction d'un salaire minimum garanti de 4000 francs. L'Union syndicale suisse (USS) a déposé lundi à Berne son initiative munie de plus de 111'000 signatures. Le texte veut aussi encourager les conventions de travail (CCT).

En Suisse, plus de la moitié des travailleurs ne bénéficient pas d'un salaire minimum protégé par une CCT, a rappelé l'USS dans un communiqué. Et près de 400'000 personnes travaillant à plein temps gagnent trop peu pour pouvoir vivre décemment avec leur famille. Pour y remédier, l'organisation syndicale veut que la Confédération et les cantons encouragent les CCT.

Trop de personnes sous-payées

Dans les branches qui en sont dépourvues, encore trop de personnes sont sous-payées, estime Vania Alleva, membre du comité directeur du syndicat Unia. Et de citer des exemples de salaires de 15 francs de l'heure dans l'industrie de l'emballage ou d'autres sous-traitants industriels, ou de 17 francs pour des employés de stations-services et de kiosques.

Selon les syndicats, des CCT prévoyant des salaires minimums obligatoires restent le meilleur moyen de protéger les salaires des pressions accrues et de pouvoir faire augmenter tous les salaires. Mais dans bien des branches, les employeurs ne sont absolument pas disposés à conclure une CCT, dénonce Mme Alleva.

Salaire minimum pour tous

C'est pourquoi l'USS, par son initiative soutenue par plusieurs autres organisations, exige aussi d'ancrer dans la constitution un salaire minimum dont bénéficieraient tous les travailleurs, a relevé Paul Rechsteiner, président de l'USS. Il doit être d'au moins 22 francs de l'heure, soit 4000 francs par mois pour un horaire de 42 heures par semaine.

L'initiative syndicale rencontre un grand écho dans la population, a relevé l'USS. Selon un sondage réalisé l'année passée, 85% des personnes interrogées sont favorables à l'introduction d'un salaire minimum. En outre, l'USS note qu'il a été facile de récolter le nombre de signatures requis.

ATS