Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ruth Pfau devrait avoir droit à des funérailles nationales au Pakistan.

KEYSTONE/EPA/SHAHZAIB AKBER

(sda-ats)

La religieuse allemande Ruth Pfau, qui a consacré sa vie à combattre la lèpre au Pakistan est décédée mercredi à l'âge de 87 ans, a-t-on appris de source médicale. Elle était surnommée la Mère Teresa du Pakistan.

Ruth Pfau était arrivée en 1960 à Karachi (sud) et avait passé près de cinquante ans à prendre soin des personnes les plus malades et plus pauvres du pays. Elle était fondatrice de la léproserie Marie Adélaïde à Karachi, où elle avait été prise en charge ces deux dernières semaines, après être tombée malade.

Ruth Pfau est décédée tard mercredi, a précisé le responsable de ce centre médical, Mervyn Lobo. Elle devrait avoir droit à des funérailles nationales. "Elle avait beau être née en Allemagne, son coeur a toujours été au Pakistan", a pour sa part déclaré le premier ministre pakistanais Shahid Khaqan Abbasi, exprimant sa tristesse.

En collaboration avec le gouvernement, Ruth Pfau avait contribué à l'ouverture de centres pour les lépreux dans près de 150 villes à travers le Pakistan. Elle avait formé les médecins, pris en charge des milliers de victimes et aidé à l'élaboration d'un programme national en vue de maîtriser l'épidémie, ce qui lui avait valu de hautes distinctions pakistanaises.

Arrivée par hasard

Cette Allemande, née en 1929 à Leipzig, avait décidé de se consacrer à l'humanitaire, comme médecin, après les horreurs de la Seconde Guerre mondiale dans son pays. Elle avait alors rejoint l'ordre des Filles du Coeur de Marie.

Elle était arrivé au Pakistan par hasard. En route pour l'Inde, des complications avec son visa l'avaient alors forcée faire escale à Karachi, où elle avait rendu visite à des malades de la lèpre.

"L'une des plus importantes volontés dans l'esprit du Dr Pfau était que les (différentes) religions travaillent ensemble", a assuré Claudia Vilani, une expatriée, collègue de Ruth Pfau. "Elle pensait que la plus grande religion était l'humanité".

Ruth Pfau avait également été félicitée pour son travail aux chevet des victimes des inondations dévastatrices en 2010, qui avaient laissé des millions de personnes sans abris à travers le pays.

ATS