Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Une erreur d'appréciation de Giorgio Chiellini a privé l'Italie d'un succès mérité à Poznan face à la Croatie. Tenue en échec (1-1), la "Squadra Azzura" a été très mal payée.
Quatre jours après avoir partagé l'enjeu contre l'Espagne (1-1), les Italiens méritaient mille fois de cueillir les trois points contre un adversaire si attentiste. Seulement, Chiellini a été abusé par le centre de Strinic à la 72e minute. Dans son dos, Mandzukic a surgi pour égaliser avec l'aide d'un montant. Déjà buteur contre l'Eire, le joueur de Wolfsburg témoigne d'un réalisme extrême dans ce tournoi.
Les Italiens avaient logiquement ouvert le score à la 39e minute. Pour sa 85e sélection, Andrea Pirlo a inscrit son dixième but sur une merveille de coup-franc. Sa frappe a surpris Pletikosa au premier poteau. Le gardien croate venait de sauver les siens quelques secondes plus tôt avec une double parade devant Marchisio.
Cesare Prandelli avait reconduit le même onze de départ que face à l'Espagne. Le choix du Mister s'est avéré judicieux dans la mesure où Mario Balotelli fut beaucoup plus appliqué que dimanche. L'enfant terrible de Manchester City a su prendre la profondeur pour former avec Cassano un duo vraiment efficace. A la 3e minute déjà, Balotelli inquiétait Pletikosa après avoir abusé les défenseurs avec une double feinte du corps. A la 16e, il armait une nouvelle frappe très sèche. Enfin à la 39e, c'est lui qui provoquait la faute pour le coup franc de Pirlo.
Cesare Prandelli l'a peut-être remplacé un peu tôt avec l'introduction de Di Natale à la 70e. Un changement guère apprécie par Balotelli qui aurait pu, par sa puissance, peser vraiment sur la fin de match. "Sonnés" par l'égalisation de Madzukic, les Italiens ont attendu quelques minutes pour reprendre le contrôle du match. Cesare Prandelli lançait alors Giovinco pour Cassano pour tenter de rafler la mise dans les ultimes instants d'une partie qui n'aurait jamais dû lui échapper.

ATS