Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Banque cantonale de Bâle fait partie des derniers établissements qui devaient encore régler leur contentieux avec les autorités américaines (image d'illustration).

KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

(sda-ats)

Le ministère américain de la justice a annoncé mardi avoir trouvé un accord avec la Banque cantonale de Bâle dans le cadre du conflit fiscal concernant la clientèle aux Etats-Unis de l'établissement. Le règlement du conflit coûtera 60,4 millions de dollars à la BKB.

De 1997 à 2014, la BKB a aidé, via sa banque privée basée à Zurich, certains citoyens américains à dissimuler leurs biens ou avoirs des autorités fiscales de leur pays. L'établissement détenait en 2010 jusqu'à 1144 comptes de citoyens américains d'une valeur totale de 813,2 millions de dollars. Beaucoup de ces comptes, mais pas tous, n'avaient pas été déclarés, détaille le DoJ dans un communiqué.

"Nous avons longuement travaillé pour arriver à cette solution. Grâce à cet accord, nous pouvons de nouveau nous concentrer pleinement sur notre croissance. Nous avons appris notre leçon à partir de ce cas", assure le directeur général de la BKB, Guy Lachappelle, cité dans le communiqué.

L'établissement cantonal souligne avoir constitué dès décembre 2013 des provisions de 100 millions de francs. "Les quelque 33 millions restants pourront maintenant être dissous", déclare la banque.

Cette dernière se félicite aussi d'avoir renforcé ses structures de conformité. L'unité banque privée, fortement impliquée dans ce conflit fiscal, a été fermée en 2014 et les personnes y travaillant ont quitté la banque, poursuit la BKB.

Amende relativement légère

La BKB fait partie des derniers établissements qui devaient encore régler leur contentieux avec les autorités américaines. La banque privée genevoise Pictet, la filiale helvétique du géant britannique HSBC ainsi que la banque zurichoise Rahn+Bodmer restent toujours dans l'expectative.

La somme versée par l'établissement bâlois est sensiblement inférieure à celles déboursées par d'autres établissements importants inscrits en catégorie 1, c'est-à-dire ceux qui faisaient l'objet de poursuites aux Etats-Unis.

A titre d'exemple, Credit Suisse avait écopé d'une amende de 2,6 milliards de dollars et Julius Bär s'était acquitté d'une pénalité de 547 millions. Il y a deux semaines, la Banque cantonale de Zurich (ZKB) avait annoncé une amende de 98,5 millions de dollar.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS