Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Banque cantonale de Fribourg (BCF) a réalisé un nouvel exercice record en 2011, pour la 18e année consécutive. L'établissement a accru son bénéfice net de 5,1% par rapport à 2010, à 107,6 millions de francs.

Le bénéfice brut, mesure de sa performance, a augmenté de 10,1% à 164 millions de francs. Le total du bilan a lui franchi le seuil des 14 milliards de francs, à précisément 14,43 milliards de francs, soit une progression de 10,3%, a indiqué jeudi la BCF.

La bonne performance rejaillit sur le versement au canton, aux communes et aux paroisses qui s'élève à 50,4 millions, soit une hausse de 3,6 millions.

La BCF se porte bien et même très bien. Gérer le succès et le surplus de réglementation sont les deux principaux défis qu'elle aura à relever, a dit jeudi devant la presse le président du conseil d'administration Albert Michel.

Ce dernier a d'emblée annoncé la couleur pour les années à venir: la BCF vise pour dans deux ans un 20e exercice record consécutif. Les meilleurs moyens pour y arriver sont une croissance qualitative et une gestion attentive du capital humain.

Capital humain

Pour qu'une banque fonctionne bien, il faut que les collaborateurs se sentent bien, a souligné M. Michel. La banque a fait réaliser par un consultant vaudois une enquête auprès de ses 436 collaborateurs concernant leur travail, ses conditions et la culture d'entreprise notamment. Le taux de réponse à ce sondage facultatif aussi bien que celui de satisfaction ont étonné les responsables, soit respectivement 94 et 96%.

M.Michel s'est plu à le répéter: l'an dernier, seul un collaborateur a quitté leur institut pour une autre banque, alors que les demandes d'employés d'autres banques affluent. Fini le temps "où il fallait leur courir après".

Son explication: la bonne réputation de la BCF et une grille de salaires dans la fourchette des bons salaires comparativement aux autres banques cantonales. Mais sans excès: "on n'exagère pas avec les bonus et toutes ces histoires".

ATS