La Banque cantonale de Fribourg (BCF) a réalisé l'an dernier un 25e exercice consécutif de croissance. Son bénéfice net a augmenté de 1,9% par rapport à 2017 pour s'inscrire à 128,8 millions de francs.

"Nous sommes probablement la seule banque de Suisse à pouvoir se vanter d'avoir inscrit 25 hausses de suite de son résultat", s'est réjoui mercredi à Fribourg Albert Michel, président du conseil d'administration de la BCF. "La performance est d'autant plus remarquable que le contexte demeure difficile."

Albert Michel a cité la persistance de marchés volatils et l'impact des taux d'intérêt négatifs. La somme de bilan arrêtée à fin décembre dernier atteignait plus de 22,9 milliards de francs, en progression de 930,3 millions. "Ce qui fait de la BCF la onzième des 24 banques cantonales de Suisse", a relevé le président Michel.

Marché immobilier

Grâce à sa performance, la BCF peut verser 69 millions de francs au canton, qui en concentre 59 millions, aux communes et aux paroisses, un montant total en hausse de 2,2 millions, au titre des impôts, de rémunération de la garantie de l'Etat et du capital de dotation. La somme équivaut à un taux de rendement de 98,6%.

"L'évolution du marché immobilier fribourgeois ne correspond pas du tout à l'existence d'une bulle", a indiqué Edgar Jeitziner, directeur général de la BCF, s'inscrivant en faux contre ceux qui l'annoncent. La tendance est à la baisse depuis 2015 dans le canton et le taux de vacance n'est guère supérieur à celui considéré comme le taux de pénurie.

"Nous sommes bien loin de la situation des années 1989-1990 où les banques ont perdu 45 à 50 milliards de francs et des immeubles étaient achetés le matin et vendus l'après-midi", a précisé Albert Michel. "Le marché fribourgeois est en phase de consolidation", estime-t-il. Sans oublier que les promoteurs ont appris des crises.

Des défis

Un débat s'est fait jour ces dernières semaines dans le canton de Fribourg par rapport à l'émergence ou non d'une bulle immobilière. Certaines voix, notamment chez des élus, l'ont dénoncé en se basant sur le ralentissement de la croissance démographique du canton, eu égard au boom des dernières décennies.

Pour l'avenir, Albert Michel identifie trois défis: numérisation de l'activité, lutte contre la cybercriminalité et innovation pour accroître les marges et la capacité concurrentielle. Et d'ajouter que le contexte restera marqué par l'incertitude géopolitique, des taux bas et d'un environnement réglementaire exigeant.

La BCF fait figure depuis 2012 de banque cantonale la plus efficace du pays, selon un classement établi par la Haute école de Lucerne, a rappelé Edgar Jeitziner. Par ailleurs, elle devra remplacer l'ensemble de ses 58 bancomats pour répondre aux exigences du groupe SIX, la société qui exploite notamment la Bourse suisse.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

SWI plus banner

  • Des infos pertinentes et compactes
  • Des questions et des réponses pour la Cinquième Suisse
  • Discuter, débattre, réseauter

Un seul clic, mais un Plus pour vous !


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.