Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Banque centrale européenne (BCE) a, contre toute attente, réduit ses taux directeurs d'un quart de point jeudi. Mario Draghi, son nouveau président, estime que la zone euro pourrait entrer dans une récession "modérée" à la fin 2011.

La BCE a ramené son taux de refinancement, son principal taux directeur, à 1,25%. Cette annonce a donné un coup de fouet aux bourses européennes, tandis que l'euro est passé sous 1,38 dollar.

La décision d'abaisser les taux, en dépit d'une inflation en zone euro supérieure à 3% en rythme annuel, bien au-dessus de l'objectif de la BCE d'une hausse des prix proche, mais inférieure à 2% à moyen terme, marque un changement de cap de la part de la banque centrale, qui avait augmenté ses taux en avril et en juillet.

La BCE avait été la première banque centrale à avoir donné un tour de vis à sa politique monétaire après la crise financière. Mario Draghi a toutefois souligné que l'inflation devrait revenir sous le seuil de 2,0% en 2012.

Maelstrom en zone euro

Mario Draghi a pris ses fonctions mardi, en plein maelstrom de la zone euro avec le retour sur le devant de la scène de la crise grecque et les inquiétudes croissantes sur la capacité de l'Italie, son pays d'origine, à prendre les mesures nécessaires d'assainissement de ses finances publiques.

Il n'a toutefois pris aucun engagement sur une augmentation des achats d'obligations d'Etat sur le marché secondaire par la BCE dans le cadre du Programme de rachat de titres (SMP) pour venir en aide à des pays comme l'Italie ou l'Espagne. La zone euro s'achemine vers une récession modérée d'ici la fin de l'année", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Les prévisions et les projections de la croissance réelle moyenne du PIB en 2012 subiront très probablement une sensible révision à la baisse, a-t-il ajouté.

ATS