Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La banque zurichoise Julius Bär a vu son bénéfice net fondre en 2011. Hors accord fiscal avec l'Allemagne, il a baissé de 10% à 452 millions de francs. Ajusté, il montre une chute de 21% a 401 millions de francs, a indiqué l'établissement lundi.

Le bénéfice net calculé selon la norme IFRS montre même un plongeon de 27%, à 258 millions. Les actifs sous gestion s'inscrivaient à la fin de l'exercice à 170 milliards de francs, inchangés par rapport à l'année précédente, alors que le total des actifs de la clientèle s'est contracté de 3% à 258 milliards.

Le produit net d'exploitation a reculé de quelque 2% à 1,75 milliard de francs. Les charges d'exploitation se sont pour leur part accrues de 7% à 1,28 milliard de francs, principalement en raison de l'accord fiscal passé avec les autorités allemandes, qui a débouché sur le versement par la banque de 50 millions d'euros (65 millions de francs, soit 51 millions nets d'impôts).

Amende américaine attendue

Julius Baer s'attend par ailleurs à ce que les autorités américaines lui infligent une amende - d'un montant pour l'heure encore impossible à estimer - dans le sillage du conflit fiscal entre la Suisse et les Etats-Unis, a dit en conférence téléphonique son patron Boris Collardi.

Il a assuré que la banque a agi de manière "proactive" dans cette affaire, et qu'elle "continuera à coopérer pleinement avec les autorités américaines". Il a ajouté que Julius Baer soutient "pleinement" les négociations américano-suisses, et qu'elles déboucheront sur "une solution satisfaisante pour les deux parties".

Compte tenu des résultats, l'assemblée générale annuelle du 11 avril se verra proposer un dividende ordinaire inchangé de 60 centimes par action (118 millions de francs au total), ainsi qu'un dividende spécial de 40 centimes (79 millions de francs au total) prélevé sur des capitaux excédentaires.

ATS