Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Thomas Jordan a défendu la stratégie de la Banque nationale suisse lors d'une réunion de banquiers centraux à Bali (archives).

KEYSTONE/LUKAS LEHMANN

(sda-ats)

La Banque nationale suisse (BNS) dispose d'une certaine marge de manoeuvre pour intervenir à nouveau sur le marché des changes, selon son président Thomas Jordan. La situation actuelle est toutefois difficile, a-t-il affirmé lors d'une conférence sur l'île de Bali.

Le président de la BNS fait notamment référence à la surévaluation du franc et au taux d'inflation négatif. "L'approche actuelle est juste, soit une politique monétaire expansionniste et le fait d'être prêt à intervenir", a déclaré lundi Thomas Jordan lors d'une réunion de banquiers centraux.

La BNS veut empêcher un nouveau renforcement du franc vis-à-vis de l'euro, un véritable poison pour l'économie suisse, très orientée sur les exportations. La banque centrale lutte depuis un certain temps contre l'appréciation excessive de la monnaie helvétique en intervenant à coup de milliards sur le marché des devises.

Plus récemment, la BNS a reconnu qu'elle avait été contrainte d'intervenir sur le marché des changes pour alléger la pression sur le franc dans la foulée du Brexit. Le franc suisse est victime de son statut de valeur refuge en période de fortes turbulences.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS