Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le franc reste à un niveau élevé. La monnaie helvétique devrait toutefois s'affaiblir sur la durée, a affirmé jeudi à Genève Jean-Pierre Danthine, membre de la direction générale de la Banque nationale suisse (BNS).

"Si les perspectives économiques et les risques de déflation l'exigent, la BNS est prête à prendre des mesures supplémentaires", a déclaré le responsable de la banque centrale lors d'une conférence prononcée à l'occasion de l'apéritif "Marché monétaire", selon la version écrite de son discours.

Jean-Pierre Danthine a rappelé qu'en période d'incertitudes sur les marchés à l'échelle mondiale, le statut de valeur refuge du franc suisse correspond à une perception bien établie.

"Ce facteur essentiellement financier est de nature à causer des dommages importants, voire irréversibles, à notre économie réelle", a en outre souligné M. Danthine.

Stratégie claire nécessaire

"Les fonds qui ont afflué vers (...) le franc dans un contexte marqué par une incertitude extrême et par une pénurie d'actifs sûrs à l'échelle mondiale ont creusé un profond écart entre la valeur de notre monnaie et la réalité de l'économie suisse", a-t-il aussi expliqué.

Jean-Pierre Danthine a également mis l'accent sur "un défi de première importance pour la place financière suisse" et "l'évolution rapide et complexe des infrastructures des marchés financiers à travers le monde".

Si, dans l'ensemble, les éléments de l'infrastructure helvétique fonctionnent bien, elle est confrontée à "un changement profond de son environnement". "Pour rester fiable, efficace et concurrentielle, elle devra évoluer", a encore dit le représentant de la BNS.

"Il est urgent pour la place financière suisse de se mettre d'accord sur une stratégie claire et proactive pour assurer la compétitivité de l'infrastructure des marchés financiers à long terme", a déclaré Jean-Pierre Danthine.

ATS