Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La bande dessinée de l'auteur Frederick Peeters sera notamment à l'honneur à Paris ce week-end (archives).

Keystone/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Le salon parisien de la bande dessinée SoBD, qui se tient dès ce vendredi à dimanche dans la capitale française, met la Suisse sur le devant de la scène. Une dizaine d'artistes et éditeurs helvétiques feront le déplacement.

Quatre tables rondes porteront sur la bande dessinée suisse, en présence notamment du spécialiste du sujet et doyen de la Faculté des Lettres de l'Université de Lausanne, Alain Boillat, ainsi que deux expositions.

Le salon, qui attire 25'000 visiteurs, a lieu au cœur de Paris, dans le quartier du Marais. Créé il y a sept ans, il se concentre principalement sur la bande dessinée indépendante et consacre chaque année un "focus" aux créations d'un pays différent. En 2016, la Suède était à l'honneur.

"Cette année, nous avons choisi la Suisse car il nous semblait intéressant de présenter la BD suisse en tant que telle et de montrer qu'il s'y passe des choses passionnantes. Les artistes helvétiques sont souvent connus des Français, mais pas forcément en tant que Suisses", explique à l'ats Renaud Chavanne, fondateur et organisateur de la manifestation.

Une vraie culture BD

Un communiqué de SoDB rappelle que les histoires en estampes de Rodolphe Töpffer, Genevois né en 1799, sont considérées comme un jalon décisif dans l'évolution de la littérature dessinée. Et que de nombreux auteurs suisses ont marqué le neuvième art ces dernières décennies, comme Derib, Cosey ou Zep.

"La Suisse possède une culture de la bande dessinée très ancienne. Mais nous avons choisi de présenter plutôt des artistes modernes et contemporains moins connus", ajoute M. Chavanne. Une exposition permettra au public parisien d’admirer une trentaine de planches originales des dessinateurs Ibn Al Rabin, Frederik Peeters, Alex Baladi, José Roosevelt et Andreas Kündig.

"Nous sommes très heureux de pouvoir montrer les œuvres de ces artistes de grande qualité, d'autant plus que les lecteurs sont rarement confrontés aux originaux. Certaines pièces sont très étonnantes, comme une grande frise d'Ibn Al Rabin, également mathématicien, qui représente un théorème", se réjouit Renaud Chavanne.

Une seconde exposition en lien avec la Suisse, "Chats", produite par le festival lausannois BDFIL, rassemblera des dessins d’artistes internationaux en hommage à Théophile Alexandre Steinlen. Le dessinateur lausannois de la fin du XIXe siècle a réalisé de nombreuses bandes dessinées muettes dans lesquelles les félins tiennent le premier rôle.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS