Navigation

La Belgique bat la Russie et se qualifie pour les huitièmes

Ce contenu a été publié le 22 juin 2014 - 19:57
(Keystone-ATS)

Genève - Dans le match phare du Groupe H, les Diables Rouges ont battu la Russie 1-0. C'est le jeune attaquant de 19 ans, Divock Origi, qui a donné la victoire à ses couleurs.
A l'instar de certaines équipes qui suscitent l'admiration à la seule lecture de leur contingent mais qui peinent à confirmer sur le terrain, la Belgique a longtemps sêché sur le problème russe. Comme l'Argentine samedi face à l'Iran, elle a dû attendre les dernières minutes de la rencontre pour s'imposer et se qualifier pour les huitièmes de finale. Et comme l'Albiceleste, la réussite a été provoquée par la star de l'équipe, Eden Hazard.
L'attaquant de Chelsea, peu inspiré en première mi-temps, a pu prendre de vitesse l'arrière-garde russe à la 88e minute. Une accélération, puis un centre en retrait pour le jeune attaquant Divock Origi ont eu raison de la résistance des hommes de Fabio Capello. Le joueur du LOSC a parfaitement justifié son rôle de joker en remplaçant le transparent Lukaku à la 57e. Les Diables Rouges avaient eu une belle opportunité quelques instants auparavant, mais la frappe de Mirallas sur coup franc avait été renvoyée par le poteau (84e).
En première mi-temps, les Belges ont bien entamé la rencontre avant de laisser les Russes prendre le match à leur compte. Avec un Eden Hazard en panne de rythme, les inspirations les plus nettes sont venues des pieds de Dries Mertens, virevoltant sur son côté droit. Mais les débordements de l'ailier de Naples ont diminué au fil des minutes et la Sbornaja a pu bousculer la formation de Marc Wilmots.
Les hommes de Fabio Capello ont failli surprendre la Belgique juste avant la pause. Sur un excellent centre venu de la gauche, Aleksandr Kokorin a brûlé la politesse aux deux centraux belges pour placer une tête un tout petit peu trop croisée. Malgré un système de jeu très défensif, les Russes ont prouvé à cette occasion qu'ils avaient les moyens de piéger des Belges assez peu tranchants. Mais ça, c'était avant la 88e minute.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article