Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'archivage et la numérisation de millions de livres n'est pas une sinécure (Photo symbolique).

KEYSTONE/URS FLUEELER

(sda-ats)

A la fin 2015, 12 millions de pages des collections de la Bibliothèque nationale suisse (BN) étaient consultables en ligne. La BN s'engage pour conserver ce patrimoine imprimé en les numérisant.

Ces chiffres peuvent impressionner. Pourtant, dix ans après le lancement du programme de numérisation, ils ne représentent encore qu'un demi-pourcent de la collection, indique jeudi la Bibliothèque nationale dans son rapport annuel. La collection physique ne peut pas être remplacée.

La BN abrite aussi des publications nées en format numérique, comme les livres, les journaux électroniques, les sites web ou les notices bibliographiques. Ces collections progressent rapidement, selon la BN.

Elles abritent actuellement plus de 45'000 ouvrages, dont 11'000 ont été ajoutés en 2015. Mais ces publications pourraient disparaître un jour, peut-on lire dans le rapport. C'est pourquoi la BN est en contact avec des spécialistes pour faire progresser l'archivage à long terme des données numériques.

Des 353 fonds qui composent les Archives littéraires suisses (ALS), 150 étaient catalogués sous forme d'inventaire en ligne, a encore indiqué jeudi la Bibliothèque nationale. Les archives de la maison d'édition Engeler Editor et les archives privées de l'éditrice Renate Nagel ont entre autres rejoint les ALS en 2015.

La collection générale de la BN comptait plus de 4,5 millions d'ouvrages en 2015, soit 2% de plus qu'en 2014. Les imprimés occupaient environ 65 kilomètres de rayonnages dans les magasins. La collection numérique remplit 10 téraoctets sur des serveurs.

ATS