Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les dirigeants de l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (ASEAN) ont officiellement confié jeudi à la Birmanie la présidence du bloc régional en 2014. Cette décision a été annoncée par le ministre indonésien des Affaires étrangères.

"L'ensemble des dirigeants sont d'accord pour dire que des changements significatifs, des développements significatifs, ont eu lieu en Birmanie", a déclaré le chef de la diplomatie indonésienne lors d'une conférence de presse à Nusa Dua, sur l'île indonésienne de Bali. Les dirigeants de l'ASEAN y sont réunis en sommet annuel.

La décision de confier la présidence à la Birmanie consacre le retour de l'ancien régime militaire sur la scène diplomatique régionale, après une année de gestes d'ouverture en direction de l'opposition et notamment la libération de la prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi.

Renoncé en 2006

Frappée par des sanctions de nombreuses capitales, la Birmanie, alors dirigée par une junte militaire, avait été contrainte de renoncer à prendre la présidence de l'ASEAN en 2006. Mais le pays a depuis organisé des élections - les premières en vingt ans - et installé un gouvernement dit "civil", même s'il continue à être contrôlé par l'armée.

La réunion des dix pays du bloc régional s'élargira samedi au sommet de l'Asie orientale (EAS, East Asia Summit) qui regroupe 18 Etats, dont pour la première fois la Russie et les Etats-Unis, avec la présence annoncée du président américain Barack Obama.

L'ASEAN regroupe la Thaïlande, la Malaisie, Singapour, l'Indonésie, les Philippines, Brunei, le Vietnam, le Laos, la Birmanie et le Cambodge. Le Sommet de l'Asie orientale réunit de plus les Etats-Unis, la Russie, la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l'Inde, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Cette dernière réunion sera ouverte samedi pour s'achever en même temps que le sommet de l'ASEAN.

ATS