Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Banque nationale suisse (BNS) a essuyé une perte consolidée de 1,73 milliard de francs au 1er trimestre sous l'effet du renforcement du franc. Un an plus tôt, l'institut d'émission avait dégagé un bénéfice de 1,86 milliard.

Les pertes sur les positions en monnaies étrangères ont atteint 2,6 milliards de francs au cours du premier trimestre, a indiqué lundi la BNS dans son rapport intermédiaire. Les pertes de change ont grevé le résultat consolidé à hauteur de 6,4 milliards. Or, celles-ci n'ont pu être compensées que partiellement par les gains de cours et le produit des intérêts.

Dans le détail, le yen japonais a perdu au 1er trimestre 9,6% de sa valeur, le dollar 3,8% et l'euro 1,1%. A fin mars, la monnaie unique européenne atteignait 1,2043 franc, contre 1,2172 franc à fin 2011.

Le président de la BNS Thomas Jordan a réitéré vendredi passé lors de l'assemblée générale des actionnaires la détermination de l'institut d'émission à défendre le taux plancher de 1,20 franc pour un euro, fixé le 6 septembre dernier.

Prévisions difficiles

Une plus-value de 760 millions a en revanche été dégagée sur le stock d'or, resté inchangé. A fin mars, le prix du kilo s'élevait à 48'204 francs, contre 47'473 francs un an plus tôt. Les positions en francs ont de leur côté dégagé un faible excédent de recettes, de 14,1 millions de francs.

La perte essuyée par la BNS ne permet pas d'établir des prévisions pour l'ensemble de l'année. Le résultat de la Banque nationale dépend essentiellement de l'évolution sur les marchés de l'or, des changes et de capitaux.

Il est par conséquent difficilement possible de tirer des déductions pour le résultat de l'exercice 2012, explique l'institut. L'an dernier, la BNS avait dégagé un bénéfice consolidé de 13,47 milliards de francs.

La banque centrale précise que le montant de l'attribution aux provisions sera fixé vers la fin de l'année. L'institut d'émission est tenu de constituer des provisions suffisantes pour maintenir les réserves au niveau requis par la politique monétaire.

ATS