Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Banque nationale suisse (BNS) maintient comme prévu le cap de sa politique monétaire. Forte d'une meilleure prévision de croissance pour la Suisse en 2012, elle ne relève pas le cours de change plancher de 1,20 franc pour un euro qu'elle défend depuis six mois.

La BNS prévoit désormais une croissance économique helvétique de presque 1% cette année, a-t-elle annoncé jeudi. Son dernier pronostic formulé en décembre était d'environ 0,5%. Depuis, nombre de prévisionnistes ont déjà revu leurs attentes à la hausse.

L'institut d'émission observe que l'évolution mondiale ne présente pas une image homogène. La croissance aux Etats-Unis a été meilleure que prévu au quatrième trimestre 2011, alors que la zone euro et le Japon ont connu une contraction.

Croissance ralenti en Suisse

En Suisse, la croissance a nettement ralenti au cours de 2011 et la fermeté du franc pose toujours de grands défis. Mais le taux plancher produit ses effets: il réduit la volatilité des cours de change et donne aux entreprises une sécurité de planification.

La BNS souligne que "les signes annonciateurs d'une stabilisation de la situation économique en Suisse se sont multipliés". Elle continuera donc à défendre ce plancher d'un euro pour 1,20 franc même si elle concède qu'à ce taux, le franc demeure onéreux.

Elle le fera "avec toute la détermination requise" et est "prête à acheter à cet effet des devises en quantité illimitée", a-t-elle ajouté, selon la formule consacrée depuis l'annonce de cette mesure en septembre de l'an passé.

Pas d'inflation

La banque centrale poursuit aussi sa politique consistant à garder un gros volume de liquidités sur le marché monétaire. Quant au principal taux directeur, le Libor à trois mois, elle maintient sa marge de fluctuation à 0,00%-0,25%, un niveau fixé en août dernier.

Il n'y a aucun risque d'inflation prévisible, dit la BNS, qui a, du reste, aussi changé ses prévisions en la matière. Le recul des prix prévu cette année passe de -0,3% à -0,6%. Le pronostic d'inflation glisse de 0,4% à 0,3% pour 2012 et se monte à 0,6% pour 2013.

ATS