Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"La nomination des membres du Conseil de banque de la BNS ne doit pas être politisée", déclare Hansueli Raggenbass dans une interview publiée samedi par "Le Temps". Pour le président du Conseil de banque, il est important que l'institut reste indépendant du parlement.

M. Raggenbass estime que les chambres fédérales ne devraient pas avoir leur mot à dire sur la gestion interne ou externe de la banque: "Je suis opposé à une telle tendance, également en tant qu'ancien parlementaire fédéral", assène-t-il dans les colonnes du journal romand.

"Démission incontournable"

Hansueli Raggenbass répète par ailleurs que la démission de Philipp Hildebrand était devenue "incontournable" après "l'apparition des nouveaux documents" en janvier. Le 7 janvier, le Conseil de banque a été unanime, dit-il une nouvelle fois. "A la lumière des nouveaux documents apparus, le problème de crédibilité de Philipp Hildebrand était important au point qu'il n'y avait pas d'autre solution que sa démission".

Le 22 décembre, l'avenir de M. Hildebrand s'est en revanche joué "sur le fil du rasoir", ajoute M. Raggenbass. Mais après une analyse complète des rapports d'expertise, le Conseil de banque a été unanime pour conclure que l'ancien président de la direction générale de la banque n'avait "ni enfreint le règlement interne, ni fait un usage abusif d'informations privilégiées". A ce moment-là, "nous étions certains d'être en possession de tous les documents".

Jusqu'en 2013

Concernant son propre avenir, Hansueli Raggenbass ne voit toujours pas de raison de se retirer avant l'heure. Son mandat arrive à échéance au printemps 2012 et il ne pourra alors se représenter que pour une année supplémentaire, le nombre d'années au Conseil de banque étant limité à 12 ans. "Je serai à disposition si c'est dans l'intérêt de la BNS".

Le président du Conseil de banque estime en effet que son retrait ne serait pas dans l'intérêt de la banque au vu des "tâches urgentes qui doivent être accomplies", comme "la modification du règlement sur les transactions propres ou la désignation du nouveau membre du directoire".

ATS