Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Banque nationale suisse (BNS) renoue avec les chiffres noirs. Elle s'attend à dégager 13 milliards de francs de bénéfice pour l'exercice écoulé, après une perte consolidée de 19,17 milliards en 2010. Un milliard sera redistribué à la Confédération et aux cantons.

La hausse du prix de l'or et les gains de change expliquent ces chiffres positifs. Le renchérissement du métal jaune l'an dernier a généré pour la BNS une plus-value supérieure à 5 milliards de francs sur son stock d'or, a indiqué l'institut d'émission. Les positions en monnaies étrangères de la maison mère ont quant à elles engendré environ 8 milliards de bénéfice.

La BNS ne donne pas davantage de détails. L'instauration d'un taux plancher de 1,20 franc pour un euro le 6 septembre a probablement contribué à ce résultat provisoire, qui dépend toujours fortement des cours des valeurs monétaires.

Fonds de stabilisation

La banque centrale précise que le résultat consolidé devrait dépasser quelque peu les 13 milliards de francs grâce au fonds de stabilisation. Ce dernier, mis en place par la BNS dans le cadre du sauvetage d'UBS en 2008, a dégagé un bénéfice de 1,31 milliard de dollars (1,23 milliard de francs) sur les neuf premiers mois de 2011.

Les chiffres définitifs seront publiés le 8 mars prochain. Le vice-président de la BNS Thomas Jordan assure l'intérim à la tête de l'institut d'émission monétaire, après la démission lundi de son président Philipp Hildebrand.

Réserves à combler

Le bénéfice sera tout d'abord affecté à la provision des réserves monétaires, à hauteur de 3,2 milliards de francs. Quelque 5 milliards iront ensuite combler le solde négatif de la réserve pour distributions futures, creusé par les pertes record de l'année 2010.

La Confédération et les cantons recevront quant à eux un milliard de francs. Ce montant se révèle toutefois bien inférieur à celui distribué les années précédentes, lorsque les caisses publiques recevaient encore 2,5 milliards.

ATS