Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les marchés s'attendent à une possible hausse des taux américains en juillet (image symbolique).

KEYSTONE/AP/RICHARD DREW

(sda-ats)

La Bourse de New York a fini en forte hausse mardi. Elle s'est montrée satisfaite d'un excellent chiffre sur l'immobilier, de bon augure pour la croissance américaine et qui lui permet d'être plus sereine face à une hausse des taux: le Dow Jones a gagné 1,22%.

L'indice vedette de Wall Street a progressé de 213,12 points à 17'706,05 points. L'indice Composite du Nasdaq, dominé par la technologie, a gagné 95,27 points (2,00%) à 4861,06 points. L'indice élargi S&P 500 a pour sa part avancé de 28,02 points (1,37%), à 2.076,06 points.

Un excellent chiffre sur l'immobilier a donné aux investisseurs l'énergie nécessaire pour aller de l'avant, au lendemain d'une séance totalement atone. Le nombre de ventes de logements neufs en avril a été annoncé en hausse de 16,6% sur un an, dépassant largement les attentes les plus optimistes pour atteindre le total le plus élevé depuis janvier 2008. La hausse atteint 23,8% sur un an.

Cette bonne surprise a conduit plusieurs économistes à relever leurs prévisions de croissance du Produit intérieur brut pour le deuxième trimestre. Les économistes de Barclays l'attendent désormais à 2,4% et ceux de Macroeconomic Advisers à 2,2%. Ce serait un net progrès par rapport à l'anémique 0,5% enregistré au premier trimestre, selon des chiffres provisoires.

Par ailleurs, "depuis la semaine dernière le marché commence à tenir compte d'une (possible) hausse des taux en juillet", a noté Charlie Bilello, chez Pension Partners. "Au début le marché avait un peu peur de cela, mais maintenant il s'en réjouit, c'est en fait une bonne chose qui signifie que l'économie va mieux, l'inflation se rapproche des objectifs fixés, et si la Fed est en mesure de rehausser (les taux), cela veut dire que le marché est stable".

Or "si le marché veut faire une nouvelle poussée vers des sommets, il faut que ce soit sur la base de cette idée que l'économie va bien", a encore déclaré M. Bilello, estimant que les investisseurs avaient fait la preuve de leur optimisme mardi en favorisant des valeurs cycliques liées aux valeurs technologiques, financières ou des biens de consommation non-essentiels, "qui ont vraiment eu de mauvaises performances ces dernières années".

ATS