Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse de Shanghai a fini sur un plongeon de 8,48% lundi, une chute brutale et spectaculaire en réaction à des inquiétudes sur l'état de la deuxième économie mondiale, selon les courtiers.

L'indice composite shanghaïen a perdu 345,35 points, à 3725,56 points. A la Bourse de Shenzhen, l'indice composite a dévissé de 7%, ou 162,62 points, à 2160,09 points.

"Les investisseurs n'ont pas confiance dans un retour proche d'un marché orienté à la hausse", a estimé Jimmy Zuo, trader chez Guosen Securities, cité par Bloomberg. "Les gens veulent empocher leurs gains après le dépassement des 4000 points de l'indice", a-t-il ajouté.

Vendredi, la Bourse de Shanghai avait terminé sur une baisse de 1,29%, mettant un terme à six séances consécutives de hausse. "La hausse de ces deux dernières semaines était trop forte, le marché s'est corrigé lui-même", a commenté Zhang Di, analyste chez Haitong Securities.

Lundi, les chiffres du gouvernement ont révélé une baisse de 0,3% des bénéfices des grandes entreprises industrielles. La succession d'annonces de mauvais indicateurs est venue heurter les efforts des autorités pour relancer la Bourse après sa chute spectaculaire de ces dernières semaines, ont indiqué les courtiers.

La production manufacturière chinoise s'est contractée en juillet, atteignant son niveau le plus bas depuis 15 mois, selon une étude indépendante publiée vendredi qui confirme les difficultés de la deuxième économie mondiale à relancer son activité.

Batteries de mesures

L'indice PMI préliminaire des directeurs d'achat pour la Chine, calculé par la firme financière Markit en partenariat avec le groupe de presse chinois Caixin - qui a récemment pris le relais de la banque HSBC - s'est établi à 48,2. Il faut remonter à avril 2014 pour trouver un niveau plus mauvais, à 48,1.

Pour enrayer la débâcle des Bourses de Shenzhen et de Shanghai - celle-ci ayant plongé de quelque 30% en trois semaines après la mi-juin - les autorités ont déployé une batterie de mesures destinées à rassurer.

Les régulateurs ont ainsi interdit aux actionnaires possédant plus de 5% dans une entreprise cotée de vendre leur participation au cours des six prochains mois. Des opérations de police ont été également lancées contre des ventes à la découverte jugées illégales.

De son côté, la banque centrale chinoise (PBOC) a assuré le marché d'une fourniture abondante liquidités. Les 21 principales maisons de courtage chinoises se sont aussi engagées à investir au moins 19 milliards de dollars supplémentaires sur les marchés.

ATS