Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse de Tokyo a chuté de plus de 4% mardi, dans un contexte de déprime des marchés. Ces derniers sont, à nouveau, gagnés par l'inquiétude sur les fragilités de la croissance mondiale.

A l'issue des échanges, le Nikkei des 225 valeurs vedettes a cédé 4,05% (-714,27 points) à 16'930,84 points. Il a effacé tous ses gains de l'année et porté à 18% son recul, depuis la soudaine dévaluation du yuan chinois le 11 août, élément déclencheur de la débâcle.

L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a pour sa part perdu 4,39% (-63,15 points). Il a atteint 1375,52 points.

Séance active

Signe de la fébrilité des investisseurs, la séance a été extrêmement active avec près de 2,8 milliards de titres échangés sur le premier marché.

La Bourse de New York a fini lundi sur une baisse conséquente. Le Dow Jones a fléchi de 1,92% et le Nasdaq de 3,04%, dans la foulée des places européennes.

Au coeur des inquiétudes, la Chine encore et toujours, après un indicateur défavorable sur l'industrie de la deuxième économie mondiale. Dans cette ambiance morose, les matières premières ont fortement décliné, les cours du pétrole ayant cédé plus d'un dollar le baril à New York.

Ces craintes se sont répercutées sur les changes, où le yen, considéré comme une valeur refuge par excellence, était recherché. Le dollar oscillait autour de 119,43 yens à la clôture, contre 120,26 yens la veille. Il a incité les donneurs d'ordres à se défaire des titres d'entreprises exportatrices nippones. L'euro était quasi stable, à 134,56 yens.

ATS