Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a de nouveau terminé dans le rouge mardi, après avoir déjà chuté de 1,47% la veille. L'indice des valeurs vedettes, le Swiss Market Index (SMI), a perdu 0,69%, clôturant à 8323,48 points.

Le Swiss Leader Index (SLI) a perdu pour sa part 0,50% à 1220,07 points et le Swiss Performance Index (SPI) 0,72% à 8496,71 points. Sur les 30 valeurs vedettes, 20 ont fini en négatif, neuf en positif et une seule, Kühne+Nagel, à l'équilibre.

La Bourse suisse a terminé à nouveau dans le rouge, dans une séance très volatile. Elle a toutefois réussi à défendre la marque des 8300 points, franchie plusieurs fois à la baisse en cours de journée, et réduit nettement ses pertes d'ouverture grâce à Wall Street. Après avoir clôturé en net recul lundi, la Bourse américaine tentait de rebondir, mardi, soutenue notamment par la hausse surprise du moral des ménages en septembre.

Les marchés restent néanmoins dominés par les préoccupations sur la croissance mondiale et la pression qu'elles mettent sur les matières premières. Les incertitudes liées à la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) constituent un autre facteur d'instabilité. "La Fed a envoyé des signaux extrêmement contradictoires ces dernières heures aux marchés financiers", ont ainsi estimé les analystes de xtb online trading.

Données macroéconomiques scrutées

Dans un agenda plutôt dégarni sur le front des nouvelles de sociétés, l'attention des investisseurs s'est reportée sur les données macroéconomiques. En Allemagne, l'inflation est tombée au point mort en septembre et outre-Atlantique, les prix des logements ont de nouveau reculé en juillet. La bonne surprise a été le moral des ménages. Mais le point d'orgue de la semaine sera sans nul doute le rapport sur l'emploi américain publié vendredi.

Les poids lourds ont pesé à nouveau sur l'indice, Novartis se repliant de 1,6% et Nestlé de 1,0%. Roche (-0,5%), seul gagnant du SMI/SLI lundi, a perdu également du terrain. L'annonce de résultats d'étude positifs pour son médicament Esbriet dans le traitement de la fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) semble ne pas avoir été suffisante pour que le groupe bâlois tire son épingle du jeu.

Aryzta (-7,6%) a essuyé la plus grosse perte parmi les valeurs vedettes. Le boulanger industriel a dévoilé la veille sa performance annuelle, avec un recul du bénéfice net. UBS et Kepler Cheuvreux ont maintenu leur recommandation d'achat, mais raboté leur objectif de cours.

Les autres valeurs pharmas Galenica (-5,4%) et Actelion (-2,3%) ont également été malmenées. Lonza (-1,9%) a un peu mieux résisté.

Assurances en repli

Dans le secteur de l'assurance, Swiss Re a fléchi de 1,0% et Zurich Insurance de 0,9%. Le patron de Zurich Martin Senn a confirmé que le groupe compte toujours utiliser d'ici 2016 le capital excédentaire d'un montant de 3 milliards de dollars pour procéder à des acquisitions ou rembourser ses actionnaires.

Les financières ont dans leur ensemble bien performé. Julius Baer a pris 0,5% et Credit Suisse 0,4%, UBS abandonnant 0,1%.

Les cycliques ont repris des couleurs, à l'image de LafargeHolcim (+2,2%) et ABB (+0,8%). La société de participation Cevian Capital fait actuellement pression sur ABB pour que les progrès soient plus rapides.

Sur le marché élargi, Sulzer a lâché 1,7%. La Banque cantonale de Zurich (ZKB) a abaissé sa recommandation à "sous-pondérer", contre "pondérer au marché" précédemment.

Mais la palme est revenue à Alpha Petrovision (-33%), suivi de Leonteq (-8,0%) ou encore Evolva (-6,7%). A l'opposé, Zwahlen&Mayr s'est envolé de 37% et Lastminute.com de 8,4%.

ATS