Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a encore perdu du terrain mardi. Après une ouverture positive, le SMI a passé au rouge, puis évolué ensuite autour des niveaux de clôture de la veille. L'événement du jour a été l'annonce par Credit Suisse du prochain changement de directeur général. L'action s'est envolée.

Dans l'ensemble, l'ambiance sur les marchés européens a été de nouveau plombée par les craintes liées à la crise grecque. Les observateurs doutent que les nouvelles discussions aboutissent à des résultats concrets.

Au final, le redouté "Grexit" pourrait bien survenir, selon certains pessimistes. Wall Street n'a pas été d'un grand secours, qui était en recul en début de séance, à cause de la Grèce et des craintes de voir la Fed hausser ses taux plus rapidement que prévu.

Le Swiss Market Index (SMI) a fini en recul de 0,26% à 9023,71 points. Le SLI a cédé 0,12% à 1337,53 points et le SPI 0,37% à 9020,97 points. Sur les trente blue chips, 26 ont reculé, trois avancé et Swisscom est resté inchangé.

Vedette incontestée du jour, l'action Credit Suisse a gagné 7,8%. Les investisseurs ont salué l'annonce du prochain départ du directeur général américain Brady Dougan, remplacé par le Franco-Ivoirien Tidjane Thiam, en provenance de l'assureur britannique Prudential.

Les analystes de Julius Baer ont estimé que c'était le moment de changer de CEO. Le successeur est l'actuel patron de l'assureur britannique Prudential. "Tidjane Thiam n'est pas un banquier", alors que Brady Dougan a passé 25 ans à Credit Suisse, ont-ils souligné dans une note. Il apporte en revanche son savoir-faire sur le marché asiatique.

Les analystes de la Banque cantonale de Zurich espèrent un changement de paradigme, car la grande banque ne sera plus dirigée par un pur banquier d'investissement. Durant ses huit ans à la tête de Credit Suisse, Brady Dougan aura mené l'institut avec succès à travers la crise financière.

Derrière Credit Suisse, Geberit a gagné 2,9%, profitant de résultats 2014 supérieurs aux attentes des analystes. L'augmentation de dividende et la reprise du programme de rachat d'actions ont aussi plu aux investisseurs. Dans ses prévisions, le groupe de technique sanitaire s'est montré prudent, à cause d'un marché européen de la construction exigeant et du franc fort.

Adecco a terminé sur un gain de 0,9% à la veille de ses résultats. Certains parient sur une bonne surprise, ont relevé des courtiers. Du côté des analystes, les attentes sont plutôt modérées.

Après avoir longtemps évolué dans le vert, Swatch a fini en recul de 0,4%. Le lancement de l'Apple Watch, lundi soir, paraît avoir rassuré les investisseurs. Cette montre connectée est peu susceptible de venir faire de l'ombre à des marques telles que Patek Philippe, Rolex, Breguet, Vacheron Constantin, Chopard, Cartier, Omega ou encore Tag Heuer, a relevé Kepler Cheuvreux. Richemont a perdu 1%.

Parmi les poids lourds défensifs, Roche (-0,1%) s'en est le mieux tiré. Novartis (-0,7%) a pesé sur l'indice, tout comme Nestlé (-0,8%).

Galenica (-1,9%) a publié des chiffres décevants et en partie inférieurs aux attentes des analystes. Ces derniers ont parlé de données "mitigées". La division Pharma a déçu à cause d'investissements élevés sur Ferinject, a commenté Vontobel.

Sur le marché élargi, plusieurs entreprises ont publié leurs résultats avec des conséquences diverses pour le cours des actions: Huber+Suhner a gagné 2,2%, Peach Property 0,4%. A l'inverse, LLB a perdu 0,7% et Goldbach Group 2,5%. Lindt & Sprüngli a abandonné 2,5% (BP et nominative).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS