Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a encore gagné du terrain jeudi emmenée par Nestlé. Le géant vaudois de l'alimentation a permis au Swiss Market Index (SMI) de repasser la barre des 8000 points franchie dans l'autre sens il y a un mois.

En plus de l'effet Nestlé, les intervenants ont gardé un oeil sur Doha. La capitale du Qatar accueille, en effet, une réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), dont le but est de stabiliser les cours du pétrole.

Les données américaines ont suscité des commentaires positifs. L'inflation en mars s'est révélée un peu plus faible que prévu, mais c'est "exactement la bonne combinaison pour les marchés", a commenté un courtier. Le président de la Réserve fédérale (Fed) d'Atlanta a estimé que l'inflation restant loin de l'objectif visé, cela plaide contre une hausse de taux en avril.

Dans le détail, le SMI a terminé en hausse de 1,09% à 8021 points, avec un plus haut à 8031,04 points à 15h17 et un plus bas à 7939,71 points quelques minutes après l'ouverture. Le SLI a gagné 0,68% à 1233,09 points et le SPI 0,94% à 8606,64 points. Sur les 30 blue chips, 21 ont progressé et neuf reculé.

Banques en progression

Nestlé (+2%) a caracolé dans le peloton de tête des titres du SMI/SLI. Le géant veveysan de l'alimentation a dévoilé le détail de ses ventes trimestrielles. La croissance interne réelle a convaincu, alors que la composante des prix est restée modeste.

Le groupe a, par ailleurs, confirmé ses prévisions pour 2016. Nestlé pèse pour près de 25% dans le SMI. Les analystes se sont montrés plus ou moins convaincus par la performance.

Fortement courtisé mercredi, le secteur bancaire a évolué diversement. Julius Baer (+2,4%) et UBS (+1,1%) ont à nouveau progressé, alors que Credit Suisse n'a pris que 0,1%, après son gain de 8% de la veille.

Sur le plan des assurances, Swiss Re (+1,4%) et Zurich Insurance (+1,1%) ont aussi gagné du terrain. Selon une rumeur rapportée par la presse, Swiss Re serait intéressé au rachat d'Abbey Life Insurance, une entreprise qui appartient à Deutsche Bank. Le réassureur a refusé de commenter.

Les poids lourds pharmaceutiques de la Bourse, Novartis et Roche (chacun +1,1%), ont aussi soutenu l'indice. Les deux groupes présenteront des données trimestrielles la semaine prochaine. Les analystes de Barclays se sont montrés sceptiques à l'égard de Novartis et ont confirmé "underweight", alors qu'ils ont maintenu "overweight" pour Roche et "equalweight" pour Actelion (+0,6%).

Lonza dans le rouge

Lonza a perdu 0,9%. Selon la rumeur, le groupe bâlois de sciences de la vie serait intéressé au rachat de l'américain Catalent, dont le chiffre d'affaires se monte à 1,8 milliard de dollars (1,74 milliard de francs) par an.

Un renforcement de Lonza dans le secteur des sciences de la vie serait tout à fait judicieux. Mais on ne peut estimer quelle prime la firme devrait mettre sur la table pour se payer Catalent, a commenté un analyste de la Banque cantonale de Zurich.

Sonova a cédé 0,5%. Dans le cadre d'un congrès de branche, son concurrent danois William Demant a présenté une innovation que le groupe de Stäfa (ZH) ne sera pas en mesure de proposer au plus tôt l'an prochain. Sika a perdu 2,1%.

Entrée réussie pour VAT

Sur le marché élargi, VAT a bien réussi son entrée en Bourse. Alors que le prix d'émission avait été fixé à 45 francs avant l'ouverture, le titre a fini à 51,55 francs.

Malgré l'annonce d'une nouvelle perte annuelle, Orascom Development Holding (ODH) a gagné 2,5%. Les chiffres se sont révélés meilleurs que ce qu'avait annoncé auparavant l'entreprise. Kuoni a gagné 1,7%. L'offre de rachat du suédois EQT a abouti.

ATS