Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le SMI a fini en recul de 0,90% à 9524,96 points, avec un plus haut à 9595,78 et un plus bas à 9506,267 (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

La Bourse suisse a fini sur une note nettement négative mercredi. Dès l'ouverture, le SMI était repassé sous la barre des 9600 points franchie pour la première fois la veille, terminant en dessus du plus bas du jour lui-même juste en dessus des 9500 points.

Le marché a repris son souffle après les sommets successifs de ces dernières séances. Le SMI a fini en recul de 0,90% à 9524,96 points, avec un plus haut à 9595,78 et un plus bas à 9506,267. Le SLI a cédé 0,75% à 1551,63 points et le SPI 0,91% à 10'926,76 points. Sur les trente valeurs vedettes, 24 ont reculé et six avancé.

Sonova (-2,3%), Swisscom (-1,9%) et Lonza (-1,7%) forment le trio des plus gros perdants. Nestlé, Novartis, Kühne+Nagel, Vifor, Logitech, Givaudan et Roche ont toutes perdu entre 1,0et 1,4%.

Richemont et Partners Group ont cédé respectivement 0,9% et 0,1%. Le groupe genevois du luxe publiera jeudi ses chiffres d'affaires au 3e trimestre 2017/18, et le gestionnaire de fortune sa masse sous gestion en 2017.

Sika recule après la hausse de la veille

Au lendemain d'une hausse de 2,2% après la publication d'un chiffre d'affaires une nouvelle fois supérieur aux attentes du marché, Sika (-0,4%) a reperdu un peu de terrain. Kepler Cheuvreux et Vontobel ont relevé l'objectif de cours et ont tous deux confirmé "buy".

Selon l'analyste du courtier français, la dynamique opérationnelle devrait rester forte dans un futur proche et permettre à l'entreprise d'acquérir des parts de marché en Amérique du Nord et en Europe. Acquisitions et décisions de justice dans l'affaire Saint-Gobain constitueront les prochains catalyseurs pour le cours du titre, a anticipé l'expert de la banque zurichoise.

Rumeurs autour de Nestlé

Les poids lourds Nestlé (-1,4%), Roche (-1,0%) et Novartis (-1,4%) ont pesé l'indice. Roche a lancé mercredi son offre de reprise pour les actions ordinaires de la société américaine Ignyta, à un prix de 27 dollars (26,1 francs) par titre.

Sa filiale Genentech, a conclu avec Syndax Pharmaceuticals un accord de collaboration prévoyant une étude de phase Ib/II sur une combinaison du Tecentriq (atezolizumab) et de l'entinostat sur des patientes atteintes de cancer du sein HR+/HER2- métastatique.

Bryan Garnier a relevé l'objectif de cours de Novartis et a confirmé "buy". L'analyste a placé l'action dans la liste de ses placements favoris au premier trimestre 2018. Il anticipe toujours des remaniements de portefeuille, évoquant notamment une introduction en Bourse de la filiale Alcon ou une extension de la collaboration avec GlaxoSmithKline (GSK).

Selon Bloomberg, Nestlé tiendrait la corde pour le rachat de la division des médicaments sans ordonnance de Merck. Le géant de Vevey a déposé l'offre la plus élevée pour cette division, a rapporté l'agence, s'appuyant sur des sources proches du dossier. Des porte-parole des entreprises ont refusé de commenter l'information.

Valeurs bancaires en hausse

Dans le camp des gagnants, on trouve les bancaires. Société Générale a abaissé à "hold" de "buy" et a confirmé l'objectif de cours de Credit Suisse (+0,2%) et a relevé l'objectif de cours et a confirmé "hold" pour UBS (+0,1%). L'analyste estime que l'euphorie générée par la réforme fiscale américaine est désormais intégrée dans les cours des grandes banques d'investissement.

Il affirme que la banque aux deux voiles pourrait relever son dividende plus que prévu. Pour UBS, il a revu à la baisse ses prévisions de recettes à cause des doutes sur la progression des marges dans la gestion de fortune.

Julius Baer (+0,2%) envisage toujours d'introduire sa filiale italienne Kairos Investment Management à la cote, après avoir repris l'intégralité du capital-actions.

Burckhardt plébiscité

Sur le marché élargi, Basilea (-0,3%) a obtenu les autorisations nécessaires à la concrétisation de l'extension d'un accord de licence avec Pfizer sur l'antifongique Cresemba (isavuconazole) à la Chine, Hong Kong et Macao, ainsi qu'à seize autres pays de la région Asie-Pacifique.

Emmi (-2,5%) a augmenté sa participation dans la société tunisienne Centrale Laitière de Mahdia (Vitalait) via sa filiale espagnole Kaiku, qui détient désormais 54,7%, contre 45,4% précédemment.

Burckhardt Compression (+5,2%) a vu Kepler Cheuvreux relever sa recommandation, au lendemain de la journée des investisseurs. Les analystes jugent que les objectifs à l'horizon 2022 sont raisonnables et ont rehaussé dans la foulée leur projection de marge Ebit. Le profil de risque est lui revu à la baisse.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS