Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a fini dans le rouge, au terme d'une semaine mouvementée. Le Swiss Market Index (SMI), regroupant les vingt principales cotations, a perdu 0,54%, clôturant à 8912,84 points.

Les variations de cours sont restées assez minces vendredi et l'indice vedette de SIX a évolué dans une fourchette d'une centaine de points, en dessous de ce que laissait présager l'indice VSMI de volatilité de jeudi soir. Sur la semaine, le SMI a reculé de 1,1%.

Le Swiss Leader Index (SLI) a fini en baisse de 0,46% à 1338,83 points et l'indice élargi Swiss Performance Index (SPI) a perdu 0,49% à 9047,09 points. Sur les trente "blue chips", 24 ont reculé et six avancé.

Le calme avant la tempête

Dans l'ensemble, le marché est resté calme et les investisseurs prudents avant le référendum de dimanche en Grèce. Un "oui" soulagerait les marchés et entraînerait une hausse des cours, à l'inverse d'un "non". Mais dans les deux cas, il faut s'attendre à une première réaction exagérée, suivie d'une correction technique.

Aucune impulsion n'est venue des Etats-Unis, où les marchés étaient fermés à la veille de la Fête nationale.

Le plus gros perdant du jour est aussi le plus gros perdant depuis le début de l'année: Aryzta a reculé de 2,3% et accumule une chute de 40% depuis janvier. Galenica a fini en baisse de 2,2%, tandis que Transocean (-1,4%), Sika (-1,2%) et Kühne+Nagel (-1,1%) ont reculé plus que la moyenne.

Avec une baisse de 0,9%, Novartis a pesé sur l'indice. Roche (-0,5%) a fait un peu mieux.

Succès du petit nouveau

A l'issue d'une séance volatile, UBS a terminé en recul de 0,7%. Le régulateur brésilien des marchés a annoncé la veille avoir ouvert une enquête contre une quinzaine d'établissements financiers internationaux, dont UBS et Credit Suisse (+0,2%), soupçonnés de s'être entendus pour manipuler des taux de change.

Schindler a reculé d'un petit 0,1%. Le conseil d'administration du fabricant lucernois d'ascenseurs et de tapis roulants veut rendre obligatoire de lancer une offre publique d'achat (OPA) en cas de prise de contrôle par une tierce partie. Il veut introduire dans ses statuts une clause d'"opting in" à partir de 50%. La nouvelle n'est pas surprenante, mais elle est jugée positive par les spécialistes.

Dans le camp des gagnants figurent Syngenta (+0,7%) et Actelion (+0,6%) ainsi que Geberit (+0,3%). Sur le marché élargi, le petit nouveau Cassiopea a encore gagné 6,61% à 39,50 francs. Le titre est entré en Bourse mercredi avec un prix d'émission de 34 francs et un premier cours de 35 francs.

Myriad (+7,7%) a fortement progressé. Depuis début juin, le titre n'avait pratiquement fait que baisser, et il tente donc de se reprendre.

ATS