Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a entamé la semaine sur une note négative (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a démarré la semaine sur une note négative. L'indice vedette SMI a clôturé lundi sur un recul de 0,45% à 8898,23 points.

Le SMI a terminé juste en dessous des 8900 points, mais un peu au-dessus du plus bas du jour. Les poids lourds ont tiré l'indice vers le bas, alors que Julius Baer a fortement progressé après ses résultats intermédiaires.

Le SLI a cédé 0,24% à 1415,07 points et l'indice élargi SPI 0,46% à 10'137,89 points. Sur les trente valeurs vedettes, 23 ont reculé, six ont avancé et Bâloise a fini à l'équilibre.

A New York, Wall Street reculait très légèrement lundi en début de séance. Le Comité monétaire de la Fed (FOMC) qui a déjà relevé deux fois modestement ses taux d'intérêt cette année, se retrouve cette semaine pour une réunion ordinaire devant déboucher sur une décision mercredi soir. "On ne s'attend pas à ce que la Fed fasse ou change quoi que ce soit", a commenté Chris Low de FTN Financial dans une note.

Julius Baer en tête

Julius Baer (+4,5%) a de loin fait la meilleure performance du jour après la publication de ses résultats sur six mois. Le gestionnaire d'actifs a nettement dépassé les attentes des analystes les plus optimistes. L'afflux d'argent nouveau de 10 milliards de francs a particulièrement surpris.

Pour une fois dans le sillage de la "petite soeur", Credit Suisse a gagné 1,5% et UBS 1,9%. Les deux grandes banques publieront leurs partiels ce vendredi. LafargeHolcim (+1,3), Sika (+0,2%) et Swiss Life (+0,1%) complètent le tableau des gagnants.

Parmi les perdants, la lanterne rouge est échue à Dufry (-3,4%). Le titre souffre déjà depuis la semaine dernière de rumeurs concernant son actionnaire HNA. Kühne+Nagel (-2,1%) et la nominative Lindt (-2%), qui doit publier sa performance trimestrielle ce mardi, complètent le trio des principaux perdants.

Poids lourds en retrait

Lonza (-0,8%) n'a pas profité d'un relèvement d'objectif de cours par Credit Suisse, qui anticipe une révision des ambitions à moyen termes en termes de marges.

Les poids lourds ont pesé sur l'indice: Nestlé (-0,9%) pourrait recevoir une offre de son concurrent américain Ferrara Candy pour ses activités confiserie, selon des révélations vendredi de l'agence Reuters, qui s'appuie sur une source proche du dossier. Les analystes évaluent la division entre 1,5 et 2 milliards de dollars.

Pour Novartis (-0,9%), Jefferies a raboté son objectif de cours, tout en maintenant la recommandation d'achat. La situation devrait rester favorable aux affaires du groupe pharmaceutique, même si les perspectives quant à la publication des données détaillées de l'étude Cantos et à l'accélération des ventes du médicament pour le coeur Entresto restent plutôt retenues.

ABB et Swatch Group dans le rouge

Roche (-0,6%) a fait un poil mieux que son concurrent. ABB (-1,6%) a encore fléchi, après les pertes de 3% essuyées vendredi à la clôture. Le rapport d'étape n'avait convaincu ni les analystes ni les investisseurs.

Swatch Group (-1,4%) avait fini en tête de peloton vendredi après les chiffres semestriels. Kepler Cheuvreux a relevé l'objectif de cours, mais confirmé "reduce". Le courtier français anticipe de nouvelles pertes de contrats et une faiblesse persistante du dollar.

JPMorgan a aussi réduit son objectif et maintenu la recommandation à "neutral". L'analyste juge le consensus pour la seconde moitié de l'année trop élevé, et le traditionnel optimisme affiché par la direction fait plus que jamais débat.

Le concurrent Richemont s'est pour sa part délesté de 1%. Partners Group (-0,4%) a annoncé le rachat pour le compte de ses clients du développeur informatique britannique Civica auprès du fonds de pension canadien Omers. L'opération valorise la jeune entreprise londonienne à un peu plus de 1 milliard de livres (1,22 milliard de francs).

ATS