Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après avoir déjà gagné 1,27% la veille, la Bourse suisse a poursuivi sa marche en avant mardi, pour la cinquième séance consécutive. L'indice des valeurs vedettes Swiss Market Index (SMI) a terminé en hausse de 0,66%, à 9311,07 points.

Le SLI a gagné 0,69% à 1387,83 points et le SPI 0,64% à 9423,71 points. Sur les trente blue chips, 25 ont progressé, trois reculé et Actelion a fini inchangé.

Par rapport aux quatre séances précédentes, la progression du SMI a un petit peu ralenti. Il était logique que l'on ne continue pas avec le même tempo, ont commenté des analystes, car l'euphorie après l'accord grec a fait place à un certain sens de la réalité.

De nombreux détails autour de l'accord grec doivent encore être éclaircis. Le ministre allemand des finances Wolfgang Schäuble a préparé les marchés à de difficiles et longues négociations, d'au moins quatre semaines.

Les experts estiment qu'on ne peut toujours pas exclure une sortie de la Grèce de la zone euro (Grexit). L'accord de lundi a fait office de calmant et cela se vérifie avec l'indice VSMI de volatilité, qui a de nouveau nettement baissé.

Kühne+Nagel retient l'attention

Après ses chiffres semestriels, Kühne+Nagel (+2,2%) a retenu l'attention. Le chiffre d'affaires n'a pas atteint le montant de l'année précédente, mais cela n'a pas surpris les analystes. Les bénéfices ont pour leur part assez nettement progressé et ont dépassé les attentes. Les analystes saluent les données et louent le contrôle des coûts.

La volatile Transocean (+3,4%) a fait la meilleure performance du jour. Après l'accord sur le nucléaire iranien, les prix du pétrole ont baissé, mais les craintes de la branche restent modérées, car les experts estiment que l'Iran ne pourra pas inonder d'un coup le marché avec son pétrole brut. Pour des raisons techniques, la production n'augmentera que lentement.

Aryzta (+2,6%) a nettement progressé aussi, poursuivant sur la lancée positive de la veille (+3,3%). Ces dernières semaines et mois, le titre du boulanger industriel a toutefois très largement sous-performé l'indice et il est donc en train d'effacer une partie de son retard. Depuis le début de l'année, il a perdu près de 40%, pire performance des blue chips.

Credit Suisse profite de JPMorgan

Aux bancaires, Credit Suisse a gagné 1,3%, profitant de bons chiffres trimestriels de l'américaine JPMorgan. Comme cette dernière, le numéro deux bancaire helvétique pourrait bénéficier, dans la banque d'investissement, de la vague globale de fusions, selon des experts. La grande banque publiera ses chiffres trimestriels la semaine prochaine. UBS a pris 0,6%.

Après la finalisation de la fusion des deux cimentiers Holcim et Lafarge, l'action LafargeHolcim a fait ses débuts à la Bourse suisse (au SMI) et sur Euronext à Paris (au CAC 40). A Zurich, le titre (symbole LHN) a fini sur un gain de 1,4%.

Schindler (+2,5%), Adecco (+1,6%), Richemont (+1,1%) et Swatch (+1%) ont aussi toutes gagné plus de 1%. Nestlé et Novartis ont soutenu l'indice avec des gains respectifs de 1,0% et 0,8%. Roche a marginalement reculé. Les autres perdants sont Julius Baer (-0,2%) et Sika (-0,5%).

Sur le marché élargi, le bon Lindt & Sprüngli a gagné 0,7% et la nominative a perdu 0,2% après les chiffres semestriels. La croissance organique des ventes a nettement dépassé les attentes et les analystes ont été surpris en bien, parlant même de "croissance organique phénoménale".

Bossard (+1,4%) a aussi publié des données semestrielles avec une hausse du chiffre d'affaires, moins importante cependant que celle attendue par les analystes.

ATS